Vente de médicaments en ligne : illégale ?

Le ministre de l’Industrie préconise des mesures drastiques pour lutter contre la vente de médicaments en ligne, une pratique illégale qui tend à prendre une ampleur inquiétante. Les seniors figurent parmi les premières cibles des vendeurs.

Vente de médicaments en ligne : lutter contre la contrefaçon

La vente de médicaments en ligne est illégale et elle favorise surtout la propagation sur le marché de médicaments contrefaits. C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics entendent mener jusqu’au bout leur combat contre cette méthode qui se développe de plus en plus, au grand dam des pharmaciens et des responsables de la santé. Il a été constaté que les substances de contrefaçon commencent à inonder le marché virtuel, les acheteurs ciblés étant les seniors qui éprouvent des difficultés à se déplacer et les ménages qui ne disposent pas d’une couverture sociale.

Le ministre de l’Industrie a visité récemment l’unité centrale anti-contrefaçon du groupe Sanofi-Aventis à Tours. Ce géant européen possède en effet un laboratoire doté d’équipements à la pointe de la technologie, permettant d’identifier et d’analyser les médicaments douteux. Ainsi, les experts ont détecté, depuis l’installation de cette unité, plus de 13.000 substances suspectes dont la présentation sur le marché risquerait de porter préjudice aux consommateurs, dont les personnes âgées. Avant même la mise en place de ce laboratoire, les douanes ont déjà saisi près de 800.000 médicaments frauduleux en 2007.

Un manque à gagner de plus d’un milliard d’euros par an

Les pouvoirs publics poursuivent leur lutte contre la vente de médicaments en ligne, une méthode qui est non seulement illégale, mais qui favorise aussi la prolifération des contrefaçons. Ces faux remèdes représentent un véritable danger pour la santé de la population et constitue également un obstacle majeur au développement de l’économie du pays. Leurs ventes atteindraient plus d’un milliard d’euros par an. Les transactions se font surtout en ligne. Face à ce manque à gagner pour l’industrie pharmaceutique et les pharmaciens, le gouvernement entend renforcer le combat contre cette pratique.

Officiellement, la vente de médicaments sur Internet est interdite sur tout le territoire français. Le phénomène commence pourtant à se vulgariser et les pouvoirs publics doivent prendre des dispositions en conséquence. Les sites Internet qui commercialisent des médicaments en ligne seront bientôt recensés. Une campagne d’information sera lancée pour mettre les consommateurs au courant des dangers encourus en commandant des remèdes sur le Web. Rappelons qu’avant d’être présentée sur le marché, une substance médicamenteuse doit d’abord faire l’objet d’une autorisation préalable de l’autorité compétente : l’Afssaps.

mardi 21 septembre 2010, par Romain Morillon