Info retraite - retraite de réversion

La retraite de réversion est une retraite dont peut bénéficier un veuf, une veuve ou le conjoint divorcé d’un assuré décédé. Voici les différentes conditions inhérentes à ce système.

Conditions d’obtention d’une retraite de réversion

Un veuf, une veuve ou un conjoint divorcé peut profiter d’une retraite de réversion lorsqu’un assuré décédé était retraité sous le régime général ou alors aurait pu obtenir une pension de retraite du régime général s’il avait encore été en vie. On notera que la retraite de réversion reste valable même si le veuf, la veuve ou le conjoint divorcé s’est remarié ou partage sa vie avec quelqu’un d’autre dans le cadre d’un concubinage ou d’un Pacs. Malgré tout, il existe une longue liste de conditions qui doivent être respectées :

- La personne prétendant à la retraite de réversion doit avoir l’âge minimum requis à savoir 55 ans avant le 1er juillet 2005, 52 ans à partir du 1er juillet 2005, 51 ans à partir du 1er juillet 2007 et 50 ans à partir du 1erjuillet 2009. On notera toutefois que cette condition concernant l’âge ne sera plus d’actualité à partir du 1er janvier 2011.
- La personne prétendant à la retraite de réversion doit avoir été mariée légalement à l’assuré décédé. Le concubinage et le Pacs ne permettent pas d’en profiter.
- Un individu ne peut profiter de la retraite de réversion si ses ressources personnelles sont supérieures à un certain montant ou s’il s’est remarié et que les ressources du ménage sont supérieures à un certain montant.

Le montant de la retraite de réversion

Celui-ci correspond à une proportion de 54% du montant que percevait ou qu’aurait pu percevoir le conjoint décédé. Dans le cas où ce dernier n’était pas encore à la retraite au moment où le décès est survenu, le montant de la retraite se calcule sur les cotisations qui ont été versées.
Dans certains cas, il est possible qu’une personne prétendant à la retraite de réversion puisse jouir d’une majoration. Cette dernière peut être obtenue dans les cas suivant :

- Une majoration pour enfants correspondant à 10% du montant de la retraite qui est accordée au prétendant à la retraite de réversion qui a eu ou a élevé au moins trois enfants.
- Une majoration forfaitaire est également octroyée pour chaque enfant à charge dans le cas où le prétendant à la retraite de réversion est âgé de moins de 65 ans et ne perçoit ni retraite ni prestation d’orphelin.

dimanche 25 janvier 2009, par Isabelle Baldini