Maisons de retraite : maltraitance des pensionnaires à cause de l’insuffisance d’effectifs

L’AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées) monte au créneau. Elle s’insurge contre le manque d’effectifs dans les maisons de retraite. Ce contexte est à l’origine de la maltraitance des pensionnaires.

Des alertes au quotidien

En raison de cette insuffisance de personnel, 90% des maisons de retraite ne sont pas aptes à satisfaire aux besoins de leurs pensionnaires. Le rapport de l’organisme révèle dans les établissements français, il n’y a qu’un salarié pour s’occuper de deux pensionnaires alors que dans la plupart des pays européens, l’effectif des maisons de retraite est d’un salarié par pensionnaire. Selon l’AD-PA, cette conjoncture engendre une multitude de problèmes qu’elle qualifie de « maltraitance institutionnelle », les personnes âgées ne bénéficiant pas des soins qui leur sont indispensables.

Il ne se passe pas un jour sans que l’association ne reçoive des alertes émanant des familles des pensionnaires. Certains se plaignent que leurs aînés sont tenus de terminer leur repas en 10mn. D’autres informent que le personnel des maisons de retraite oblige leurs parents à porter des couches alors que ceux-ci sont encore capables d’aller aux toilettes. Les personnes âgées ne disposent pas d’un accompagnement adéquat pour marcher. Elles n’ont d’autre solution que le fauteuil roulant pour se déplacer sinon elles restent au lit pendant plus de 16 h par jour.

Au moins 100.000 salariés supplémentaires requis

Joseph Krummenacker, président de la Fédération nationale qui regroupe les associations de personnes âgées résidant dans de tels établissements ainsi que leurs familles, a aussi tiré la sonnette d’alarme. Il a tenu à indiquer que les pensionnaires des maisons de retraite perdent rapidement leur autonomie en raison des conditions déplorables dans lesquelles elles doivent vivre. La Fédération enregistre également au quotidien des alertes sur cette situation.

Certes, il n’y a que 15% des familles qui ont osé porter plainte, mais il est certain que ceux qui sont mécontents sont bien plus nombreux. Il est tout à fait normal qu’ils soient fâchés puisque le coût de la pension leur revient de plus en plus cher. Actuellement, il leur faut débourser environ 2.200 euros mensuels par résident. Face à ce contexte, l’AD-PA lance un appel aux pouvoirs publics afin de disposer de plus de moyens. Selon cette association, l’effectif des maisons de retraite doit être augmenté de 100.000 salariés au moins, l’enveloppe nécessaire étant de 3,5 milliards d’euros.

dimanche 14 décembre 2014, par Romain Morillon