Cancers : des avancées technologiques pour les détecter

Le cancer, on craint tous d’en être victime un jour. La bonne nouvelle est qu’aujourd’hui, des avancées technologiques permettent de détecter certains types du cancer avant même qu’elles arrivent au stade de maladie à part entière.

Détecter un cancer de l’estomac par l’haleine

Une entreprise israélienne a publié dans la revue en ligne Gut le 13 avril 2015 les résultats de leurs recherches portant sur un nez électronique équipé de détecteurs à nanoparticules d’or capable de déceler un cancer de l’estomac. Ces chercheurs sont partis sur le principe selon lequel les cellules cancéreuses émettent des composés volatils faciles à identifier et qui trahissent leur présence dans l’organisme. Selon eux, il est donc tout à fait possible de les repérer dans l’haleine. L’étude de base s’est donc portée sur 488 patients dont certains présentaient des cas de cancer d’estomac, tandis que d’autres souffraient de lésions gastriques pouvant devenir cancéreuses. Le panel a été complété par des patients présentant des lésions gastriques bénignes. Les résultats des recherches ont ainsi démontré une fiabilité à hauteur de 73 %.

Détecter un cancer de la gorge par le souffle

Des chercheurs suisses de l’École polytechnique fédérale de Lausanne proposent également un appareil pouvant détecter un cancer de la gorge par l’haleine du patient. Il s’agit ainsi d’un dispositif doté de microcapteurs qui analysent la composition du gaz émis par l’haleine. Ces chercheurs ont également adopté le principe selon lequel les cellules tumorales présentes au niveau de la gorge émettent des composés volatils faciles à identifier. Très confiants sur l’efficacité du dispositif, ces chercheurs suisses prévoient même de développer une application mobile grâce à une collaboration avec le centre de recherche japonais NIMS/MANA.

La tomosynthèse pour détecter un cancer du sein

La mammographie conventionnelle a désormais pris une nouvelle dimension grâce à la technique de la tomosynthèse. Basée sur une imagerie tridimensionnelle, cette méthode permet ainsi de détecter rapidement et avec le maximum de précisions un éventuel cancer du sein. À la différence de la mammographie 2D, la tomosynthèse vise surtout à diminuer, voire éliminer l’effet masquant des tissus superposés et de créer une image en volume et en trois dimensions du sein sous différents angles. Elle offre ainsi de meilleures conditions de diagnostic, tout en réduisant les erreurs dites « faux positif ».

jeudi 30 avril 2015, par Romain Morillon