Le cholestérol chez les seniors

Le cholestérol est reconnu comme un facteur à risque des maladies cardio-vasculaire. De plus, ces maladies sont responsables de 1800 décès par an en France. Toutefois en agissant sur les facteurs de risque, il est possible de faire reculer ce fléau surtout chez les seniors.

Le risque de cholestérol dès 50 ans !

Le risque de maladie cardio-vasculaire est plus important à l’âge de 50 ans chez les femmes comme chez les hommes. La surveillance du taux de cholestérol devient préoccupante chez les jeunes seniors, ce qui implique une grande attention dans l’hygiène alimentaire et l’hygiène de vie. Il faut se méfier à tout pris des produits à base de graisses animales comme le beurre, le lait, la crème fraîche ou les charcuteries. Pour une personne de 50 ans atteinte d’hypercholestérolémie, les médecins conseilleront un régime alimentaire et des activités physiques qui normalement devront être efficaces. Pour le cas contraire, des médicaments seront prescrits comme les statines ou les fibrates.

Les raisons du risque de cholestérol chez les personnes âgées proviennent d’une importante prise de médicaments qui peut augmenter avec l’âge : entre 65 et 74 ans, ces personnes prennent près de quatre médicaments par jour et plus de cinq autour de 85 ans. La plupart de ces médicaments sont destinés à l’appareil cardio-vasculaire ce qui pose parfois problème au médecin. Pour éviter de prescrire d’autres médicaments pour traiter le cas de l’hypercholestérolémie, le médecin doit engager la personne à suivre un mode de vie plus décent. Selon le Docteur Didier Méjean, médecin généraliste à Mennecy, le choix du traitement peut se faire en fonction de l’âge physiologique du patient et des résultats d’analyse.

Le cholestérol : un sujet de controverse

Si l’excès du taux de cholestérol entraîne un risque de maladie cardio-vasculaire et de mortalité, le faible de taux de cholestérol aussi. Ce phénomène reste un sujet de controverse, car selon une étude publiée dans la Revue Prescrire concernant la population méditerranéenne, l’excès du taux de cholestérol et le faible taux de cholestérol chez les plus de 70 ans provoquent un fort taux de mortalité. Une étude publiée dans The Lancet en 2001 concluait que les personnes âgées ayant un faible taux de cholestérol auraient un risque de mortalité accru. Même si cette étude a été effectuée sur des hommes asiatiques, la situation pourrait être la même en France.

Ne trouvant aucune explication à ce phénomène, les chercheurs avancent plutôt des hypothèses. Sur le long terme, la persistance du faible taux de cholestérol pourrait avoir des effets néfastes, le cholestérol pourrait aussi produire des hormones bénéfiques. Les individus vulnérables à des taux élevés de cholestérol décèderaient à des âges inférieurs à 70 ans tandis que ceux qui atteignent un âge avancé bénéficieraient des facteurs protecteurs. Suite à ces incertitudes, la seule solution c’est de surveiller son taux de cholestérol et de rester raisonnable.

samedi 1er mai 2010, par Carole Mercier