Quel type de prothèse auditive choisir ?

Une prothèse auditive amplifie les sons. Elle est destinée aux personnes souffrant de problèmes d’audition, assez fréquents chez les seniors. Le marché en présente actuellement de nombreux modèles.

Prothèse auditive : implant cochléaire ou contours d’oreille ?

Les personnes atteintes de surdité profonde, mais dont les nerfs auditifs sont toujours fonctionnels, peuvent opter pour les implants cochléaires. Ils se logent dans le creux de l’oreille. Le dispositif est constitué d’électrodes incrustées dans la cochlée, qui stimulent les terminaisons nerveuses. Elles sont connectées, à travers l’os mastoïde, à un récepteur implanté chirurgicalement sous la peau. Un microphone installé à proximité de l’oreille transmet les signaux sonores à un microprocesseur qui les convertit en sons.

Toutefois, ces implants présentent quelques inconvénients. Ils ne sont pas assez performants. Ils ne fournissent qu’une réplique approximative du son réel. Ils ne peuvent donc reproduire parfaitement la voix humaine. Pour les utiliser dans des conditions optimales, il est indispensable de les connecter à des amplificateurs, par liaison radio ou par induction magnétique. Pour plus de confort, on recommande aux utilisateurs les contours d’oreille. Reliés à un embout installé dans le conduit auditif, ils demeurent tout autant discrets.

Prothèse auditive : un modèle numérique ou analogique ?

La qualité du traitement du son constitue un des critères de sélection d’une prothèse auditive. Les modèles analogiques amplifient les ondes acoustiques de manière continue suivant une fréquence prédéfinie. La tonie est par conséquent constante, qu’importe l’environnement sonore dans lequel évolue l’usager. Les appareils numériques apportent une solution à ce problème. Ils sont programmables, puisqu’ils sont équipés de micros directionnels, qui reproduisent le son en temps réel. Ils sont constitués d’un amplificateur, d’un récepteur miniature et d’une batterie qui sont incorporés dans un boîtier placé derrière ou dans le creux de l’oreille.

La valeur d’une prothèse varie en fonction du modèle. Un modèle numérique coûte généralement le double du prix d’un dispositif analogique. Vous devez ainsi tenir compte de vos besoins avant de choisir un modèle particulier. Vous pouvez cependant bénéficier d’une allocation, attribuée par la Sécurité sociale, si vous devez porter un appareillage. Le montant de cette aide, mise en place depuis l’an dernier, est plafonné à 65 % du tarif de référence de la Sécu, c’est-à-dire à 399,62 €. Si vous vous en procurez pour des raisons professionnelles, le coût du matériel sera entièrement pris en charge.

dimanche 7 novembre 2010, par Hélène André, Romain Morillon