L’apport en calcium et en protéines pour les seniors

En raison des modifications physiologiques subies par le corps après 50 ans, il est nécessaire d’adopter une bonne hygiène alimentaire. Indispensable, cette dernière évite les carences qui sont souvent des facteurs de risque des maladies qui nuisent à la qualité de vie des personnes âgées. Voici les conseils en matière de calcium et de protéine.

Quel doit être l’apport en calcium à partir de 50 ans

A partir de 50 ans, « la maladie de l’os fragile », qui se manifeste la plupart du temps par la fracture du col du fémur, des poignets, etc., constitue l’une des préoccupations majeures de chaque individu. En comparaison à la gent masculine, les femmes ménopausées sont plus touchées, car la moitié d’entre-elles souffrent d’ostéoporose. Pour faire face à cette maladie très fréquente, les personnes de plus de 50 ans doivent maintenir un apport journalier assez élevé en calcium. Concrètement, cet apport doit se situer entre 1 et 1,4 grammes. Pour satisfaire cet apport, il faut consommer quotidiennement un litre de lait. Pour varier les sources de calcium, on peut consommer d’autres denrées riches en calcium telles que les légumes, certains fruits secs, les poissons, les fruits de mer, etc. En ce qui concerne les sources de calcium, veillez à ne pas consommer les aliments trop riches en matière grasse afin d’éviter d’autres problèmes sanitaires.

Quel doit être l’apport en protéines des seniors

Avec les changements physiologiques liés à l’avancement de l’âge, en particulier la diminution du volume de la masse musculaire, le corps a besoin d’un apport suffisant en protéines, car le renouvellement cellulaire en dépend. Au quotidien, les personnes âgées de plus de 50 ans doivent consommer une moyenne de 1 gramme de protéine par kilo. Pour assurer cet apport journalier, il est primordial de privilégier les aliments riches en protéines. Trois aliments sont connus pour leur richesse en protéines à savoir la viande, l’oeuf et le poisson. Et pour varier l’alimentation, il est possible d’alterner les trois sources. En raison des éventuels problèmes cardiovasculaires, optez pour le poisson à la place de la viande et des oeufs. D’ailleurs, il permet également de lutter contre toute sorte de troubles cognitifs et de réduire le risque de la maladie d’Alzheimer

dimanche 12 juillet 2009, par Carole Mercier