L’andropause, la ménopause version masculine.

Bouffée de chaleur, petit rien qui irrite, fatigue à longueur de journée, manque de motivation, prise de poids sans raison et libido qui diminue de jour en jour, sans s’en rendre compte, c’est l’andropause qui se manifeste. L’andropause, c’est la ménopause côté homme.

Comment se manifeste l’andropause ?

Si chez la femme, la ménopause se manifeste par des symptômes précis, l’andropause de l’homme passe parfois inaperçue ou est seulement ignorée. Les bouffées de chaleur, les changements d’humeur brusques, la sensation de fatigue…. Les manifestations de la ménopause, toutes les femmes les connaîtront passé l’âge de la quarantaine. On parle plus précisément de ménopause quand les menstruations de la femme s’arrêtent, quand elle ne peut plus procréer. Pourtant chez les hommes, la capacité de procréation n’est pas essentiellement liée à l’andropause. Un homme peut toujours avoir des enfants même s’il a plus de 60 ans.

Si chez la femme, la principale responsable de la ménopause est l’œstrogène qui diminue fortement, chez l’homme, c’est la baisse de la testostérone qui conduit à l’andropause. Les manifestations sont assez similaires que pour la ménopause, mais d’une manière plus furtive. Petit à petit, on se rend compte que le tour de taille augmente, on ressent fréquemment la fatigue, on devient irritable, les problèmes cardiovasculaires commencent à faire signe, on est victime de bouffées de chaleur soudaines en plein jour, on n’est plus aussi zélé ni énergique qu’avant… Les hommes ne s’inquiètent vraiment de leur cas que lorsque le problème atteint concrètement leur virilité, indissociable à leur ego. Le désir sexuel ne se manifeste plus aussi souvent, la libido commence à battre de l’aile, et parfois même l’érection est inexistante.

Le niveau de la testostérone diminue à partir de 30 ans

A partir de trente ans, le taux de testostérone commence à baisser. Cet âge paraît encore trop jeune mais il ne faut pas trop s’en inquiéter, la testostérone diminue d’environ 1 % chaque année, soit une baisse de 10 % jusqu’à 40 ans. Cette baisse se fait beaucoup ressentir chez certains hommes, d’autres moins. C’est l’hypophyse, une glande endocrine du cerveau, qui sécrète des hormones lutéinisantes (LH) et folliculo-stimulantes (FSH). Les gonades mâles (testicules) seront ensuite stimulées par ces hormones et libèreront la testostérone. Le taux de cette dernière peut être relativement faible avec l’âge, pouvant descendre jusqu’à 20 nanogramme par décilitre, si normalement le niveau moyen de testostérone dans le sang est d’environ 350 ng/dl.

La testostérone est la première responsable des changements physiques à l’adolescence. La pilosité, la masse musculaire, l’envie sexuelle… Pareillement, sa diminution se répercutera sur le physique puisqu’elle joue de nombreux rôles. Elle participe au renforcement des muscles, elle intervient au niveau du foie pour synthétiser les protéines, elle aide au renouvellement tissulaire des os, elle participe à notre bien être… L’importance de cette hormone est telle que sa baisse peut prédisposer les hommes à certaines maladies. Néanmoins, il faut se rassurer, l’andropause ne ferait souffrir que seulement 30 % des hommes. Pour les autres, l’andropause ne les gêne pas et passe quelque fois inaperçue.

jeudi 22 octobre 2009, par Carole Mercier