L’ADPA, une aide pour les seniors en perte d’autonomie

L’ADPA ou Allocation Départementale Personnalisée d’Autonomie constitue une aide dédiée aux seniors en perte d’autonomie. Il s’agit d’une subvention universelle octroyée sans distinction de revenus ni de nationalité.

L’ADPA pour offrir de meilleurs services aux seniors en perte d’indépendance

L’ADPA ou Allocation Départementale Personnalisée d’Autonomie, une aide pour les seniors en perte d’autonomie, est financée par le budget départemental. L’État y contribue également par le biais de la CSG et de la Sécurité sociale. Son montant est uniformisé sur toute l’étendue du territoire. Cette allocation est destinée à toutes les personnes âgées de plus de soixante ans, reconnues avoir perdu partiellement ou totalement leur indépendance physique ou psychique. Toutes les personnes du troisième âge habitant en France et se trouvant dans une telle situation peuvent y accéder, quels que soient leurs sources de revenus et leur pays d’origine.

Ce dispositif a été mis en place pour consolider les mesures prises au niveau de chaque département dans le but d’offrir une meilleure assistance aux personnes âgées par rapport à celles qui ont été assurées par la Prestation spécifique dépendance. Pour prétendre à l’ADPA, il faut réunir trois conditions. Le prétendant doit avoir plus de 60 ans. Il doit fournir des pièces justificatives attestant que sa résidence principale se trouve en France. Il doit remplir certains critères de perte d’autonomie qui seront déterminés par un médecin. Ce dernier se basera sur une grille adoptée sur le plan national.

Évaluation préalable du niveau de dépendance

Pour bénéficier de l’ADPA, une aide pour les seniors en perte d’autonomie, il est indispensable de consulter un praticien qui appréciera le degré de dépendance de la personne âgée qui prétend à cette allocation. Il s’agit d’évaluer d’une manière précise les capacités de la personne à l’accomplissement des actes de la vie quotidienne, tels que s’alimenter, s’habiller, faire sa toilette et se déplacer. Par la suite, le médecin déterminera sa classification dans le groupe GIR.

Lorsque ces conditions sont remplies et le dossier complet transmis au service départemental, l’octroi de l’aide est soumis à la décision du Président du Conseil général, en fonction des propositions d’une commission ad hoc. Le bénéficiaire pourra percevoir directement l’allocation. Dans le cas où le demandeur le souhaiterait, le département pourra également procéder à un virement au crédit d’un prestataire d’aide à domicile ou d’un tout autre établissement intervenant dans la vie de la personne âgée en perte d’autonomie.

lundi 8 novembre 2010, par Hélène André, Romain Morillon