Comment et quand planter le poirier ?

Le poirier est un arbre fruitier originaire d’Asie qui n’exige que quelques gestes d’entretien. Sa culture se fait dans un milieu ensoleillé. A la floraison, l’arbre présente de jolies fleurs roses et blanches. Cultivé dans les meilleures conditions, le poirier offre rapidement ses fruits, prisés pour leur chair au goût savoureux.

Où et quand cultiver le poirier ?

Bien que le poirier ne soit pas un arbre très exigeant, quelques conditions doivent être respectées pour que ce fruitier puisse bien se développer. La terre de plantation doit notamment répondre à certains critères. Un sol bien riche en matières organiques est l’idéal. Le terrain doit, par ailleurs être régulier et bien léger. Il est recommandé d’y ajouter de l’humus. Le poirier ne peut être planté dans un sol calcaire.

La culture du poirier se fait en principe en automne afin de permettre le renforcement des racines avant l’hiver. Il est toutefois possible de réaliser l’opération au printemps ou en été. Dans ce cas, un arrosage abondant et régulier est exigé.

Comment planter le poirier ?

La culture du poirier débute par la préparation du sol. Après avoir bien choisi la terre de plantation, y ajouter un peu d’engrais bio afin de la rendre suffisamment fertile. Réaliser ensuite un trou d’environ quatre-vingt de côté et de profondeur. Déposer un jeune plan bien au milieu de la cavité. Recouvrir délicatement de terre et tasser. Terminer l’opération par un arrosage abondant. Redoutant le froid, le poirier doit être mis à l’abri en hiver. Afin de le protéger du gel, placer un paillis au niveau du pied. Il est également conseillé de placer un hauban autour de la plante pour une meilleure protection.

Comment entretenir le poirier ?

Pour que le poirier puisse bien se développer, il doit être convenablement entretenu tout au long de sa culture. Tous les quatre ou cinq ans, il est notamment nécessaire de pratiquer une taille pour améliorer l’équilibre de l’arbre. L’opération, consistant à éliminer les feuilles et les branches fragiles, permet un meilleur ensoleillement tout en créant une plus belle silhouette.

Le poirier est sensible à certains parasites et maladies. La tavelure et le puceron lanigère sont les ennemis les plus courants de l’arbre. Leur attaque se traduit par des fruits granuleux ou des feuilles jaunes. La meilleure solution pour y remédier reste un traitement bio : avant la floraison, appliquer de la bouillie bordelaise au niveau des feuilles et des branches.

jeudi 21 avril 2011, par Hélène André