Sport : quelle est la meilleure fréquence pour les séniors ?

Après 50 ans, beaucoup d’entre nous pensent à se remettre au sport. Il n’y a aucun mal à vouloir s’y mettre maintenant que l’on en a le plus besoin. Comme à cet âge notre corps est de plus en plus fatigué, faire du sport permet de garder la forme et de bien vieillir. Faire du sport, oui, mais à la bonne fréquence.

À savoir avant de se lancer

Vous devez avant tout connaitre votre corps pour pratiquer sainement une activité sportive. Maladies, capacités cardiaques… voilà autant de paramètres qui permettront de déterminer la meilleure fréquence pour faire du sport. Vous pouvez voir cela avec votre médecin.

Pour que vous puissiez ressentir les effets bénéfiques du sport, il faut avant tout être régulier. Une fois la fréquence déterminée, il vous faudra alors la suivre constamment afin de ne pas régresser. Que ce soit pour la marche ou toute autre activité physique, cela reste valable.

Les fréquences à connaitre pour les sports doux

Si vous n’avez pas été très actif durant votre jeunesse, les activités physiques ne nécessitant pas trop d’efforts seront plus adaptées. Il y a par exemple la marche qui aide à la fois le cœur et les muscles de votre corps à rester en bon état. En faire 30 minutes par jour de manière régulière est vivement conseillé. Le yoga pour seniors est également une très bonne option. Vous pouvez assister à 2 ou 3 séances par semaine, à raison d’une heure d’entrainement. L’aquagym fait également du bien, notamment pour améliorer vos capacités respiratoires, avec une fréquence soutenue d’une ou deux fois par semaine.

Quelle fréquence pour les plus sportifs ?

Si pour vous, le sport est déjà une habitude, vous pouvez tout à fait continuer à travailler votre endurance. Vous pouvez faire du vélo à raison de 3 séances de 30 minutes par semaine, sans toutefois abuser sur la vitesse. Ou partez en randonnée en groupe ! L’automne est l’une des meilleures saisons pour profiter de l’air de la montagne. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid.

mardi 27 septembre 2016, par Romain Morillon