Une campagne de sensibilisation au glaucome jusqu’en décembre

Le 13 décembre aura lieu la journée mondiale du glaucome. Les différents organismes impliqués dans la lutte contre cette maladie ne se sont pas contentés de cette journée : ils préconisent une vaste campagne de dépistage en France jusqu’à la fin de cette année. Elle fait suite à la semaine consacrée à la maladie en mars dernier.

Objectif : un dépistage précoce

Le glaucome est la première cause de cécité en France, avant la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA. Or, un dépistage précoce, à faire avant 45 ans (voire moins en cas d’antécédents familiaux), permet d’identifier rapidement les symptômes et de les traiter plus efficacement. C’est pour inciter les Français dans ce sens que des organismes se sont mobilisés. Ces organismes, ce sont la SFG (Société Française du Glaucome), l’AFG (Association Française du Glaucome) et l’Unadev (Union française des aveugles et déficients visuels). Ils se sont ralliés pour créer la campagne, baptisée « Set Your Sights ». Un site homonyme a été créé pour fournir toutes les informations utiles sur la maladie et la campagne.

Entre autres informations, vous y trouverez les villes qui accueillent le mouvement, à savoir Lille, Rouen, Caen ou encore Bordeaux, entre autres.

Qu’est-ce que le glaucome ?

Philippe Denis, chef du service d’ophtalmologie de la Croix-Rousse à Lyon, explique que le glaucome est une pathologie grave qui cause une destruction progressive du nerf optique. Cette progression altère la vue jusqu’à causer la cécité.

Dans sa phase initiale, la pathologie atteint la périphérie du champ visuel avant de se diriger vers le centre. Cette lente progression est indolore, et dans les premiers temps, elle est imperceptible. Une fois que cette partie centrale est touchée, le glaucome est irréversible.

Les actes du dépistage

Et c’est justement pour identifier ces signes imperceptibles que le dépistage trouve tout son sens. Des examens, comme la mesure de pression intraoculaire ou l’examen du fond de l’œil sont réalisés. Ce sont des tests parfaitement indolores. Au besoin, les spécialistes procèdent à des examens complémentaires, comme celui du champ visuel ou la tomographie par cohérence optique, réalisée grâce à un rayon laser.

Et après le dépistage ?

Ce dépistage permet d’orienter les sujets atteints de glaucome vers la forme de thérapie qui leur convient le mieux. Il peut s’agir d’un traitement médicamenteux, lorsque la maladie n’a pas encore atteint un stade avancé. Les collyres, les bêtabloquants ou les prostaglandines permettent de soigner ou de stopper le glaucome selon les cas. Pour d’autres cas, la chirurgie est la solution adoptée.

jeudi 20 octobre 2016, par Romain Morillon