L’impact du tourisme sur l’environnement

On ne se rend pas toujours compte et pourtant le tourisme entraîne des effets pervers sur l’environnement dans lequel nous vivons. Explications.

Une consommation d’eau gigantesque de l’industrie touristique

Considérée comme étant une véritable industrie, l’activité touristique constitue aujourd’hui l’un des piliers économiques de nombreuses villes. Avec les billets d’avion lowcost, les séjours à prix cassé proposés par les différents opérateurs, partir en vacances est aujourd’hui abordable à tous les budgets. D’énormes complexes touristiques ont été construits pour accueillir toujours plus de vacanciers dans de nombreux pays. Ainsi, ce secteur n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Parmi les impacts négatifs, la consommation démesurée de ressources naturelles apparait au premier plan. L’eau et notamment l’eau potable constituent la ressource naturelle la plus sensible pour l’activité touristique. En règle générale, les hôtels consomment énormément d’eau pour les piscines, l’entretien des terrains de golf ainsi que pour l’usage personnel des clients. Dans les régions chaudes, la consommation d’eau peut atteindre jusqu’à 440 litres par jour et par client !

Les nuisances sonores et la pollution de l’air provoquée par le tourisme

Le tourisme contribue directement au réchauffement climatique. Les transports aériens, routiers et ferroviaires participent grandement à la pollution de l’air et impliquent de ce fait l’émission de particules dans l’atmosphère. Les bateaux de croisières ne sont pas en reste. Ils rejetteraient plus de 7000 tonnes de résidus chimiques et de déchets solides chaque année. Un rapport de l’ONU démontre que près de 6% du total des émissions de gaz à effet de serre sont produites par l’industrie du tourisme. Les villes de Paris et de New York sont particulièrement connues pour la médiocrité de la qualité d’air. S’ajoutent à tout cela les nuisances sonores provoquées par les transports. Mis à part l’irritation et le stress qu’elles peuvent causer chez de nombreuses personnes, les nuisances sonores perturbent fortement la vie en milieu sauvage, notamment dans les milieux sensibles, en montagne ou dans les parcs naturels. Une étude a pu montrer que le bruit provoqué par les scooters des neiges altèrerait le comportement naturel des animaux !

Le tourisme et les impacts sur la faune et la flore

Les zones les plus riches en biodiversité connaissent malheureusement les effets liés au tourisme. Les visites et les excursions ainsi que la chasse sont d’importantes activités touristiques néfastes pour la préservation de l’environnement. La dégradation des récifs coralliens est la conséquence directe de la surconstruction et de la surfréquentation des zones littorales par exemple ! Les dégradations perturbent également la qualité du sol et de la végétation. D’après le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, près de trois quarts des dunes de sables situés sur la zone littorale méditerranéenne ont aujourd’hui disparu du fait d’une importante urbanisation touristique. Toujours selon le même programme, sur les 109 régions côtières possédant des récifs coralliens, 90 d’entre elles voient leurs coraux endommagés par les chaînes d’ancres et les déchets, par les touristes et les plongeurs amateurs.

mardi 5 juillet 2011, par Carole Mercier