Comment cultiver le bergamotier ?

Le bergamotier est un arbre qui fait partie de la famille des Rutacées. Son fruit, la bergamote, appartient à la catégorie des agrumes. Ce fruitier se retrouve en Italie, en particulier en Calabre. Découvrez les précautions à prendre pour bien cultiver le bergamotier.

Description du bergamotier

Le bergamotier un arbre fruitier produisant des agrumes. Il peut atteindre une hauteur de trois à cinq mètres. Il est agrémenté de plusieurs feuilles et ses tiges sont parsemées d’épines, selon la variété. Il produit des fleurs de couleur blanche très odorantes ainsi des fruits : les bergamotes. Ce fruit est similaire à une petite orange dont la chair est légèrement verdâtre. La peau du fruit est épaisse prend une couleur jaune à maturité. La chair est quelque peu amère et acide, celle-ci est utilisée pour son zeste.

La culture du bergamotier

La première chose à faire avant d’entreprendre la culture du bergamotier est d’acheter un plant en jardinerie. Celui-ci sera rempoté rapidement afin de ne pas détériorer les racines et de garantir la réussite de la plantation. Au fond du pot, on placera un caillou pour boucher le trou qui s’y trouve. A noter que cela ne stoppe pas l’évacuation de l’excès de l’eau d’arrosage. Il faut tenir compte du fait que les agrumes apprécient les sols lourds qui retiennent bien l’humidité. Une fois le fruitier placé dans le pot, on veillera à ce que ce dernier ne soit pas trop rempli. Après la plantation, il ne faut pas oublier de bien arroser.

Les propriétés du bergamotier

La pulpe du bergamotier est très acide. De ce fait, on l’utilise surtout pour la fabrication d’huile essentielle. Cette essence constitue un excellent antidépresseur, un cicatrisant, un antispasmodique mais aussi un bon remontant. Elle est également préconisée pour soigner des blessures, des maux de gorge, l’acné ainsi que la perte d’appétit. Notons, par ailleurs, que l’huile essentielle de bergamote peut être utilisée pour ses propriétés vermifuges. Enfin, elle permet de soulager les coliques intestinales.

jeudi 3 novembre 2011, par Hélène André