L’Humanitude, au service des personnes âgées

Créée, il y a 30 ans, par deux anciens professeurs de gymnastique, Yves Gineste et Rosette Marescotti l’Humanitude n’en demeure pas moins une petite révolution dans le monde de la gériatrie. Cette méthode propose une approche des soins dispensés aux personnes âgées dans le but d’éviter la maltraitance en pacifiant la relation « soignant soigné. » Selon les études récentes, l’Humanitude intervient dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Découvrons cette méthode.

L’Humanitude : une meilleure prise en charge des seniors

L’Humanitude est une philosophie de soins qui tend à se développer dans les institutions accueillant des personnes âgées afin d’améliorer leur état. Cette méthode permet d’apaiser les personnes âgées et de diminuer leurs médicaments. En effet, les seniors sont parfois délaissés et n’ont plus droit au regard, à la parole et aux gestes tendres. Il est de plus en plus difficile aux personnels hospitaliers d’agir dans le respect de la dignité des personnes traitées. Face à cela, ces derniers se replient sur eux-mêmes, deviennent grabataires ou adoptent des comportements de résistance ou d’agressivité.

L’Humanitude repose donc sur un changement global des comportements du personnel médical à travers quatre piliers. Le regard : l’échange doit se faire face à face, les yeux dans les yeux, à hauteur du visage. La parole permet d’annoncer et d’expliquer chaque geste. Le toucher : il s’agit de transformer le « toucher utilitaire » en « toucher tendresse ». La verticalité : pour Yves Geneste, une personne âgée correctement accompagnée peut et doit vivre debout. La verticalité est l’une des caractéristiques qui nous distingue des animaux, d’où l’importance de lever la personne. La mise en œuvre de ces 4 piliers doit permettre une écoute et une meilleure prise en charge, à condition d’agir en fonction des situations et des personnes.

L’Humanitude a fait ses preuves

L’Humanitude constitue une nouvelle approche non médicamenteuse dans le cadre d’un accompagnement des malades d’Alzheimer. Basée sur le concept de la bientraitance, cette méthode permet de rapprocher le soignant et le malade pour agir dans le respect et la tendresse. Le personnel est mieux à même de s’occuper des patients qui acceptent mieux les soins, ils se portent mieux, présentent un meilleur moral et sont parfois plus autonomes. L’Humanitude est adaptée aux besoins des malades d’Alzheimer qui conservent surtout la mémoire affective. En alliant la douceur des gestes aux discours apaisants, la méthode garantit le mieux-être des résidents des maisons de retraite, quelle que soit la gravité de leur pathologie initiale.

Implanté en France, en Suisse, au Benelux, au Canada et dans les DOM, l’Institut de Formation Gineste-Marescotti dispense des formations à l’ensemble du personnel médical. Afin d’apporter une caution scientifique aux bienfaits de l’Humanitude, une étude a été réalisée sur 111 femmes de 67 à 101 ans, qui présentaient une maladie de type Alzheimer et résidaient en établissement hospitalier pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD). Il s’agissait d’étudier les réactions lors de la toilette avant et après la formation des soignants aux techniques de l’Humanitude. 83 % des soins habituellement difficiles ont été améliorés de façon importante ou très importante. L’Humanitude a donc fait ses preuves tant pour les patients que pour les soignants.

vendredi 28 mai 2010, par Carole Mercier