La tontine, pour mieux préparer sa retraite

La tontine fait partie des formules d’épargne proposées pour prévoir sa retraite. Avant de se lancer, il y a tout de même quelques informations à connaître.

La tontine, qu’est-ce que c’est ?

Pratiquée de manière officielle en France depuis 1963, la tontine est une forme d’épargne constituée par plusieurs individus regroupés en association, une mutuelle d’assurance se chargeant de régir l’investissement. Le principe de la tontine est assez simple : les épargnants mettent des fonds en commun sur une période définie. À l’issue de cette période, chacun pourra toucher la somme qu’il aura personnellement investie, majorée d’un taux d’intérêt et d’inflation.

Il existe deux sortes de tontine qui diffèrent selon la prime escomptée ; cette dernière peut être unique ou périodique. La tontine à prime unique se caractérise par un seul versement en début de période et une échéance qui varie de 10 à 20 ans. La tontine à prime périodique, quant à elle, est la plus prisée. Il s’agit d’un investissement périodique (mensuel, trimestriel, annuel) effectué sur une durée de 15 à 25 ans. Côté rendement, le taux annuel moyen pour une tontine périodique de 20 ans est de 8,15 %.

Avantages et contraintes de la tontine

Pour commencer, la tontine présente l’avantage d’être accessible à tous. Il s’agit d’une valeur sûre pour profiter de sa retraite en toute sérénité. À titre d’exemple, une tontine périodique de 20 ans constituée dans les années 90 par un versement annuel de 2000 euros permettrait aujourd’hui de toucher plus de 100 000 euros. Par ailleurs, la tontine senior qui s’adresse aux grands-parents permet d’optimiser l’avenir de leur descendance. À titre d’exemple, avoir opté pour une tontine à prime unique pour ses petits-enfants en ayant placé 20 000 euros en 1995 pourrait leur faire profiter à l’heure actuelle d’un capital de 50 000 euros.

Autre avantage, l’investissement est soigneusement préservé afin que l’épargnant ne soit pas tenté de le dépenser, sans oublier le rendement moyen, largement supérieur à celui proposé par les assurances vie (8,15 % contre 5 %). En matière de contrainte, le fait que les fonds soient bloqués sur toute la durée du placement pourrait déranger certains. Par ailleurs, en cas de décès de l’épargnant avant échéance, l’intégralité des fonds investis reste dans la tontine.

lundi 27 février 2012, par Romain Morillon