Les différentes techniques pour semer les légumes

Pouvoir récolter des légumes dans son propre jardin est très agréable. Pour réussir leur culture, il faut obéir à différentes règles. Découvrez les différentes méthodes de semis des légumes.

Le semis en place

La plupart du temps, les légumes sont semés en place. C’est notamment ce qui se fait pour la carotte, la mâche, l’épinard, le navet, le petit pois ou encore l’oseille. La première chose à faire est de préparer le sol par le biais d’un griffage et d’un ratissage. Les graines seront semées par fine couche, dans des sillons de faible profondeur. Le mieux est de les aligner afin de simplifier le retrait des herbes folles. Une fois les graines éparpillées, les sillons seront couvert avec une fine couche de terre qu’il faudra tasser.

Pour faciliter le développement des jeunes plants, il faut leur fournir une bonne dose de lumière. Ils doivent, par ailleurs, être bien aérés et éloignés des mauvaises herbes. Un éclaircissage doit être entrepris une fois que les plantes mesurent deux à trois centimètres. Il faut, en outre, procéder très vite à un désherbage.

Le semis en pépinière

Faire un semis en pépinière, c’est semer dans un endroit spécial du jardin. Celui-ci doit profiter d’une bonne exposition au soleil et être protéger du vent. Grâce à cette technique, la levée des plantes est meilleure et celles-ci sont protégées du froid. Le semis en pépinière permet d’obtenir un maximum de plants sur un espace réduit. Après un certain temps, ces plants font l’objet d’un repiquage dans le potager.

Le semis sous abri

Cette technique consiste à semer les légumes sous un châssis, sous un tunnel en plastique ou sous une mini-serre. Cette méthode s’utilise pour les légumes nécessitant un repiquage comme l’oignon blanc ou la laitue. On y fait aussi appel pour le semis en place des carottes, du cresson, des laitues, des petits pois ou encore des navets.

Le repiquage

Un repiquage succède nécessairement à un semis. Ce faisant, il faut tenir compte du fait que les jeunes plants sont particulièrement fragiles. Pour garantir la réussite de la transplantation, les racines doivent être entourées de beaucoup de terre. Cela est plus simple lorsque les plants se sont épanouis en godets. Lorsqu’on les repique, il faut faire en sorte de bien tasser la terre puis arroser.

samedi 3 mars 2012, par Hélène André