La retraite des mères de famille : aucune modification prévue

Lors d’un entretien avec la presse, le ministre du Travail a affirmé qu’aucune modification n’est prévue pour la retraite des mères de famille. Elles ne bénéficieront du taux plein qu’à 67 ans.

Retraite des mères de famille : le ministre du Travail reste ferme sur ses positions

La presse a reçu des informations selon lesquelles certains sénateurs examineraient un projet de loi qui permettrait aux parents ayant élevé trois enfants ou plus de partir en retraite et de jouir du taux plein à 65 ans. Interrogé sur le sujet, le ministre du Travail a fermement tenu sur ses positions et a déclaré qu’il n’envisage pas d’apporter une modification au régime des mères de famille. Celles-ci devront donc travailler jusqu’à 67 ans pour bénéficier du taux intégral de leurs pensions.

Selon les déclarations faites par le premier ministre, lors de son passage sur le plateau de France 2 le 9 septembre dernier, le gouvernement consentirait à modifier certaines lois relatives à la réforme des retraites. Le ministre du Travail a affirmé qu’il ne prévoit pas d’accorder la retraite à taux plein à 65 ans pour les femmes qui ont trois enfants ou plus. À son avis, la Chambre Haute devra plutôt débattre sur la question de l’égalité des hommes et des femmes face à la retraite.

Des mesures incontournables

Éric Woerth souhaite également que les sénateurs examinent d’autres sujets, tels que l’accroissement du nombre d’individus handicapés qui pourraient bénéficier d’un régime de préretraite. Il suggère aussi au Sénat de fournir une réponse adéquate aux personnes âgées au chômage, plutôt que de se pencher sur la retraite des mères de famille à laquelle il ne compte apporter aucun changement. Selon lui, les nouvelles mesures préconisées, notamment le passage à 67 ans, sont incontournables pour préserver un certain équilibre dans le financement du système.

Aucune modification n’est donc prévue pour la retraite des mères de famille. Le ministre du Travail n’exclut pas l’idée de corriger les éventuelles injustices qui pourraient être relevées lors de l’application de la réforme des retraites, mais les femmes ne partiront à la retraite qu’à 62 et 67 ans. Il s’attend à des amendements du projet de loi de la part des sénateurs et du gouvernement, mais il demeure intransigeant sur ce point. Il déclare, par ailleurs, qu’il est prêt à engager des discussions avec les syndicats sur ce sujet assez délicat.

samedi 2 octobre 2010, par Romain Morillon