La rente viagère : une solution pour bénéficier d’un revenu à vie

De plus en plus de seniors choisissent de placer leur capital dans des produits financiers qui leur permettent de percevoir une rente viagère. Il s’agit en effet d’une excellente solution pour bénéficier d’un revenu à vie.

Un revenu régulier en complément de la pension

La rente viagère est constituée d’une certaine somme d’argent qu’un crédirentier perçoit tous les mois ou tous les trimestres jusqu’à son décès. Cette solution permet aux seniors de s’assurer un revenu régulier en complément de leur pension de retraite. Il est applicable pour plusieurs produits financiers. Les souscripteurs ne reçoivent pas un capital à la clôture ou à la résiliation du contrat. La rente viagère représente par exemple une sortie obligatoire pour ceux qui ont adhéré à un placement d’épargne retraite.

Il en est de même pour le système Préfon des fonctionnaires, pour les contrats Madelin des artisans, des commerçants et de certaines professions libérales. Les personnes âgées peuvent également opter pour d’autres produits financiers qui permettent de choisir entre le versement d’un capital ou d’une rente à la liquidation. L’adhésion à une assurance-vie, au Plan d’épargne retraite collective (PERCO), au Plan d’épargne en actions (PEA) ou au Plan d’épargne retraite populaire (PERP) offre cette possibilité.

La rente viagère : les critères de calcul et la fiscalité

Plusieurs critères entrent en ligne de compte pour déterminer le montant de la rente viagère, le paramètre principal étant l’espérance de vie moyenne du souscripteur à la date de la clôture de l’épargne. Le calcul est basé sur l’année de naissance et le sexe du bénéficiaire. Une possibilité de réversion à l’endroit du conjoint ou de toute autre tierce personne pourrait amenuiser sa valeur. Il convient de noter en outre que le capital ne peut pas faire l’objet d’une transmission aux héritiers, ni d’une récupération.

Quant à la fiscalité, à l’instar de toutes les sources de revenus, la rente viagère est imposable, à l’exception de celle qui est issue d’un PEA (plan d’épargne en actions) datant de plus de 8 ans. Les rentes qui sont versées au titre de la liquidation d’un Préfon, d’un PERP ou d’un Madelin sont, par exemple, assujetties au régime de l’impôt sur le revenu. Elles bénéficient quand même d’un abattement de 10% comme toutes les retraites, mais elles sont soumises à 8,1% de prélèvements sociaux.

vendredi 25 mai 2012, par Romain Morillon