L’argent dans le couple : le régime de la séparation des biens gagne du terrain

Force est de constater que le « chacun pour soi » devient un concept de plus en plus en vogue au sein des couples. Une étude réalisée récemment par l’Insee a révélé que le régime de la séparation de biens gagne du terrain.

Les régimes matrimoniaux existants

Les couples contemporains se comportent d’une manière tout à fait différente par rapport à quelques dizaines d’années auparavant. On assiste à une baisse du nombre de mariages et à une croissance de celui des divorces. En 1992, 80% des personnes qui ont vécu ensemble depuis moins de 12 ans et ont eu des enfants se décident à s’engager dans le mariage. Ce taux n’est plus actuellement que de 53%. Par ailleurs, ils préfèrent le régime de la séparation de biens au détriment de celui de la communauté. Cette formule est privilégiée par ceux qui détiennent un patrimoine important.

Il convient de connaître que les couples ont le choix entre 3 régimes matrimoniaux. Ceux qui se marient sans contrat de mariage doivent opter pour le régime légal applicable dans leur cas, celui de la communauté des biens réduite aux acquêts. Les biens ayant été acquis après le mariage appartiennent donc en commun aux conjoints, à l’exception de ceux qui ont été obtenus par le biais d’une donation ou d’un héritage. Ceux qui veulent être liés par un contrat ont le choix entre le régime de séparation de biens ou celui de communauté universelle.

Changement de comportement

Comme les risques de divorces ne cessent d’augmenter en raison de la conjoncture socio-économique, le comportement des couples a changé en conséquence. Ils sont maintenant plus enclins à établir un contrat portant sur une séparation de leurs biens, notamment lorsqu’il existe des disparités importantes entre les conjoints. On a constaté une forte croissance du nombre de ménages récemment unis par les liens du mariage ayant choisi ce régime.

Cette option intéresse surtout les couples qui ne se sont rencontrés que tardivement, la plupart d’entre eux ayant déjà été mariés auparavant. Ce régime consistant à séparer les biens est également privilégié par les foyers lorsque les revenus de la femme sont supérieurs à ceux de l’homme. Cependant, malgré cette indépendance financière de la femme, les conjoints peuvent s’accorder pour gérer les biens en commun ou ouvrir un compte joint.

lundi 3 février 2014, par Romain Morillon