Impôts 2014 : comment alléger la note ?

Face à la hausse du taux d’imposition dans de nombreux domaines, les contribuables explorent toutes les pistes pour réduire leurs impôts. Voici des conseils qui vous permettront d’alléger la note en 2014.

Des réductions plafonnées à 10.000 euros

Les contribuables qui détiennent un certain capital peuvent réaliser des investissements judicieux afin de faire des économies d’impôts l’année prochaine. Ils disposent de 5 semaines pour prendre une décision (jusqu’au 31 décembre 2013). Il est toujours intéressant d’investir dans les PME non cotées dans les secteurs de l’immobilier, des travaux, le cinéma ou les démembrements de propriété, mais les nouvelles règles fiscales amenuisent considérablement les marges de manœuvre. Une sélection rigoureuse doit donc être effectuée avant de se lancer dans une opération.

Depuis le début de l’année 2013, les réductions auxquelles peut prétendre un foyer fiscal sont plafonnées à 10.000 euros. Cette enveloppe est déjà sérieusement entamée pour les contribuables qui ont un salarié à domicile, tel qu’une femme de ménage ou un baby-sitter. Les pistes pour alléger leurs impôts sont ainsi limitées, mais ceux qui ont investi dans le cadre du dispositif Scellier peuvent combiner les plafonds de ce système de défiscalisation avec celui de 10.000 euros.

Des niches plafonnées à 18.000 euros

Les niches fiscales qui ont conservé leur propre réglementation représentent également autant de pistes à explorer. Les investissements dans le cinéma qui sont désormais ouverts au public ou dans les DOM-TOM qui fonctionnent selon la Loi Girardin continuent à être plafonnés à 18.000 euros par an. Les dons aux fondations et aux associations ainsi que le dispositif Malraux sont aussi des niches fiscales qui ont été épargnées par le plafonnement.

Comme le contexte devient de plus en plus complexe avec les réformes fiscales et les hausses d’impôts incessantes, les investisseurs faire preuve de plus de perspicacité dans leur sélection. Ils ne doivent surtout pas investir la totalité de leur capital dans des systèmes de placement à risques, comme les FCPI ou les FIP, pour profiter de la défiscalisation. Le montant de l’imposition et la composition du patrimoine doivent entrer en ligne de compte dans toute décision. Pour étoffer un patrimoine immobilier, un investissement dans les dispositifs Censi-Bouvard ou Duflot peut s’avérer intéressant à condition de prendre certaines précautions. L’épargne retraite défiscalisée, comme le plan d’épargne populaire et les contrats Madelin, permet aussi de bénéficier d’une réduction d’impôts.

vendredi 29 novembre 2013, par Romain Morillon