Publicités financières : apprenez à les décrypter

Nous assistons actuellement à une multiplication des publicités financières qui paraissent quotidiennement sur de nombreux supports réels ou virtuels. Pour ne pas vous faire prendre au piège et avoir de grosses déceptions, apprenez à les décrypter.

Publicités financières : savoir interpréter le contenu des offres

Les publicités financières prolifèrent sur la toile, dans les journaux et dans les médias. Elles portent notamment sur les produits de crédit ou d’épargne. À cette abondance de la publicité s’ajoute la facilité de souscription via Internet. Ce contexte peut inciter à se précipiter et à souscrire sans réfléchir au préalable ou à faire des dépenses irraisonnées, de manière disproportionnée par rapport à ses ressources. Il convient de bien prendre votre temps pour interpréter objectivement le contenu de ces offres.

La majorité des publicités financières mettent en avant un taux très attractif (le taux d’appel). Cependant, vous ne pouvez y prétendre que sous réserve de certaines conditions. Il importe donc de bien décrypter les propositions. Généralement, seuls les nouveaux clients d’un établissement de crédit peuvent bénéficier de ces taux avantageux pour les produits d’épargne et pendant quelques mois seulement. Après une certaine période, vous devrez vous contenter du taux de base.

Des taux attractifs assortis de certaines conditions

En ce qui concerne les contrats d’assurance vie, on peut vous proposer un taux préférentiel applicable uniquement sur le fonds en euros de la convention dont le taux est garanti sans risque de perte sur le capital. Dans ce cas aussi, le taux bonifié n’est en principe accordé que pour les nouveaux versements. Certains assureurs assortissent même de certaines conditions, comme la diversification de votre épargne vers d’autres supports qui présentent des risques en termes de placement.

Méfiez-vous également des publicités financières relatives aux crédits à la consommation. Le taux très alléchant suggéré n’est généralement octroyé que pour les emprunts portant sur une somme déterminée. Les échéances sont étalées sur une période assez limitée, sur 12 mois dans la plupart des cas. En fait, en raison du montant bien souvent très élevé des mensualités, seules quelques personnes assez nanties peuvent accéder à cette offre qui paraît très attractive. Il convient aussi de signaler que dans le cas où la durée du prêt est prorogée, le pourcentage d’intérêt et le coût du crédit grimpent de manière assez conséquente.

vendredi 4 mai 2012, par Romain Morillon