Comment se protéger de la canicule ?

Les fortes chaleurs, lors des périodes estivales sont des phénomènes courants. L’essentiel c’est de savoir les gérer, particulièrement si on vit seul. Comment se protéger de la canicule ?

Pourquoi se protéger de la canicule ?

Avec les enfants, les personnes âgées sont les plus exposées aux dangers de la canicule. Déshydratation, coup de chaleur, épuisement, insolation, aggravation d’une maladie chronique…Sont autant de risques encourus lors des périodes de forte chaleur, particulièrement, si l’on n’a pas pris les précautions nécessaires. Certains cas de coups de chaleur sévères, causent des troubles neurologiques et des convulsions, suivis d’une perte de connaissance ou d’un coma, pouvant entraîner le décès de la personne. D’où la nécessité de se protéger de la canicule.

Les précautions à prendre chez soi

Dans la journée, limitez les sources d’entrée de la chaleur en fermant l’ensemble des volets, ou en tirant les rideaux et stores. Si votre demeure n’est pas équipée d’une climatisation, réfugiez-vous dans les pièces les plus fraîches de la maison. L’achat d’un ventilateur est fortement conseillé. Rafraîchissez-vous régulièrement en humidifiant votre corps et votre visage, à l’aide d’un brumisateur ou d’un gant de toilette, préalablement trempé dans de l’eau fraîche. En soirée, laissez vos fenêtres ouvertes et laissez la pièce où vous dormez se rafraîchir, en provoquant un petit courant d’air.

Les précautions à prendre si vous êtes à l’extérieur

Si vous devez sortir, privilégiez les moments les plus frais de la journée. Mettez-vous le plus souvent à l’ombre, en évitant les endroits les plus exposés au soleil. Ne portez que des vêtements amples, légers et clairs, de préférence en coton, sans oublier le chapeau. Emmenez une bouteille d’eau et hydratez vous, en buvant régulièrement, par petites gorgées. Les boissons alcoolisées sont à proscrire, elles rendent vulnérable à la chaleur. Si les conditions météorologiques l’exigent, il est plus prudent de rester au frais chez soi.

lundi 11 mai 2009, par Carole Mercier