Le prêt viager hypothécaire

Améliorer le pouvoir d’achat des seniors avec le prêt hypothécaire. Dans le but d’améliorer les conditions de vie des seniors, le prêt viager hypothécaire a été mis en place. Proposée depuis le mois de juin 2007, cette solution financière pour les personnes du troisième âge est intimement liée à la réforme des hypothèques.

Le prêt viager hypothécaire et les seniors

Le viager hypothécaire est une formule de prêt destinée spécialement aux personnes âgés propriétaires d’un bien immobilier. Octroyé sous formes de rente ou de capital, il peut servir pour financer plusieurs types de projets. En dépit de la diversité d’usages, il ne peut toutefois pas être utilisé pour financer les activités professionnelles. Versé directement sur le compte de l’emprunteur, ce prêt n’est pas considéré comme un revenu, ce qui fait qu’il n’est pas soumis à l’impôt. Le montant du prêt viager hypothécaire doit être supérieur ou égal à 20 000 euros tout en restant inférieur à l’équivalent des 70 % de la valeur estimée du bien immobilier hypothéqué. Sachez que ce montant tient compte d’autres critères. Le prêt viager hypothécaire présente plusieurs avantages pour les seniors, car ils conservent tous les droits sur leur bien. Le bien hypothéqué peut donc être habité, loué ou vendu.

Le taux, le remboursement et les avantages du prêt viager hypothécaire

Avec un montant variable suivant les conditions de chaque emprunteur, le crédit viager hypothécaire est octroyé avec un taux d’intérêt s’élevant jusqu’à 8,95 %. Il faut aussi noter que la souscription occasionne des frais de dossiers équivalents à 4 % du coût total d’emprunt. Qualifié d’in fine, le prêt viager hypothécaire est différent des formules classiques, qui sont généralement liées à des versements de mensualités. Ce prêt n’est en fait lié à aucun versement régulier. Cela signifie que sa souscription n’accroît pas les dépenses mensuelles des personnes âgées contractantes. Le remboursement n’intervient que lors du décès de l’emprunteur ou lors d’une éventuelle vente du bien. Pour se faire rembourser, l’établissement financier procède à la vente du bien hypothéqué. Si le montant de la vente dépasse le remboursement, la banque verse la différence aux héritiers. Dans le cas contraire, il ne peut pas faire payer ces derniers.

jeudi 16 juillet 2009, par Carole Mercier