Ce qui se passe au potager en février

Février est un mois durant lequel les changements climatiques se font le plus sentir. Les tâches ne sont pas très nombreuses au sein du potager mais il est judicieux d’entamer les préparatifs pour les productions de l’été. Durant les périodes plus clémentes, on peut procéder au défrichage du sol, au rajout de fumier sans oublier la préparation des semis pour les légumes ne redoutant pas le froid.

Les semis de février

En février, on peut commencer à semer en pépinière ou en pleine terre. Sur un sol bien morcelé et sur les zones les plus éclairés du potager, on peut commencer à semer les légumes ne redoutant pas spécialement l’arrivée du froid. Durant ce mois et peu importe la région, les pépinières doivent être préparées. Il en est de même pour les rangées de semence qui seront protégées sous une bâche en plastique installée en cloche.

En février, on peut entamer le semis du concombre, de la tomate, du navet, du melon, de l’aubergine et ce, sous un abri réchauffé. On peut, par ailleurs, semer en place le brocoli, la fève, le chou-fleur, le panais ou encore le petit pois. Quant à la carotte, à la ciboulette ou le persil, ils seront semés sous châssis réchauffé.

Les plantations et les récoltes de février

Durant le mois de février, certains légumes peuvent être mis en terre. L’ail blanc, l’ail rose, l’oignon ou l’échalote grise pourront être plantés sur un sol perméable et léger. Il en est de même pour l’asperge. On peut également planter le topinambour et la pomme de terre. Quant à la sarriette et le thym, ils devront être repiqués. En février, on peut récolter le chou de Bruxelles, l’oseille, l’endive, le poireau, la mâche ou encore le cardon.

Entretien du sol et des plantes en février

Au cours du mois de février, il se peut que le sol soit encore gelé. Dès lors que le climat l’autorise, il est recommandé d’ameublir l’ensemble du potager et ce, en profondeur et en enterrant le fumier répandu avant la période hivernale. Étant donné que le mois de février est plutôt frais, il ne faudra arroser ni les semis ni les plantations. En outre, il est important de surveiller les semis placés sous châssis et de les ventiler durant les journées chaudes. Les légumes en place devront constamment avoir une bonne protection. Pour leur part, les châssis et les tunnels devront être aérés.

dimanche 24 juillet 2011, par Hélène André