Choisir sa polaire pour un hiver douillet

Douce et légère, la polaire accompagne et réchauffe pendant les saisons froides. Choisir sa polaire aide à passer un hiver douillet.

La polaire, un vêtement incontournable en hiver

À l’origine, une polaire est fabriqué à partir d’une fibre de polyester tricotée en maille jersey bouclettes serré sur une machine circulaire. Son gonflant s’explique par le fait qu’après teinture et séchage, le tissu est gratté soit sur une seule face soit, sur les deux faces. Le plus souvent, il est rasé afin d’obtenir au toucher une douceur proche de celle du velours. Si la polaire est chaude, c’est grâce à la fibre qui la compose. Elle facilite l’évacuation efficace de la transpiration. Le développement des odeurs de transpiration est évité grâce au traitement antibactérien. Par contre, elle emprisonne l’air lui permettant alors d’être particulièrement isolante.

Il existe trois types de polaires. Certaines sont fabriquées à partir de tissus dont le poids environne les 100 g/m² ; elles sont à porter à la maison ou par temps frais car elles sont les plus légères. Puis, les plus chaudes dont le grammage est supérieur à 300 g/m² sont réservées aux activités de grand froid. Enfin, celle entre les deux avec 200 g/m². Mise à part sa fonction première, aujourd’hui, la polaire tend à soigner de plus en plus son look. Couleur vive, tons pastels, ou incrustées de jolis motifs, la polaire est incontournable et se porte aussi bien en ville qu’à la campagne. Casual, cintrée, sans manche, à col rond ou zip... La polaire se marie aux mocassins et aux vestes ; elle accompagne malicieusement un simple t-shirt.

Choisir la bonne polaire

Chaleur, vent et averses, les fabriquant de polaire promettent une protection sérieuse. Parmi ces engagements, on retrouve aussi la solidité, la « respirabilité » et la compacité. Toutefois, à l’achat, fiez-vous aux marques ! Jusqu’aujourd’hui, Polartec® s’impose comme le label en matière de polaire. De nombreuses marques s’en servent, apposant ainsi sur leur produit son logo aux trois triangles rouges sur fond noir. Au-delà des fibres naturelles comme le coton ou la laine, ces derniers temps, les fabricants ont entrepris de repousser davantage les limites technologiques. Certains fabricants tels que Damart avec son Thermolactyl micropolaire, les petits ateliers tels que Itoha fabriquent eux-mêmes leur propre laine polaire.

Autre chose à tenir en compte lors de l’achat : les étiquettes. Il est préférable que la polaire affiche la mention « traitement anti boulochage ». Comme une garantie, cette mention permet à votre vêtement de résister aux lavages sans pelucher. Il faut savoir que les polaires se lavent idéalement à 40 ° maximum. Au-delà, vous risquez d’abîmer le textile et accélérer ainsi son vieillissement. Enfin, fiez-vous à vos yeux. Évitez les tissus trop mous, résultat d’un tricotage trop lâche. Pas assez serrées, les fibres ne permettent pas de protéger efficacement du froid ; de plus, la transpiration peinera à évacuer. Enfin, votre polaire ne passera pas non plus l’épreuve des lavages répétés.

copyright http://www.polartec.com/warmth/

vendredi 21 janvier 2011, par Carole Mercier