La valériane : champêtre et rustique

La valériane est une plante vivace. Elle a l’avantage de ne nécessiter que très peu de soin. N’hésitez pas à cultiver cette plante dans votre jardin, elle s’épanouira sans le moindre souci.

La valériane : avantages et floraison

La valériane ou Centranthus ruber est une plante campagnarde que les paysagistes utilisent volontiers dans toute sorte de réalisation, tant ses qualités sont nombreuses. Même lorsque le sol est sec, pauvre, voire caillouteux, cette plante vivace croît avec une généreuse spontanéité. Il faut l’avoir essayé dans les terrains arides et calcaires pour apprécier sa rusticité et sa résistance. Elle a juste besoin de soleil. Au minimum six heures d’ensoleillement quotidien. Elle arrive à maturité à une hauteur de 50 à 60 centimètres.

À ce stade, s’épanouissent parmi un feuillage gris bleuté des fleurs en grappe d’un rose carmin pour les variétés “Pretty betsy” ou blanches pour le “show cloud”. La floraison dure près de trois mois. Entre mai et octobre, la floraison peut se renouveler deux à trois fois par vague successive. Pour cela, il suffit de la rabattre à 10 centimètres dès qu’elle commence à se faner. La valériane est une excellente option pour fleurir la base des murs et des escaliers de pierre, les talus ensoleillés, les grandes rocailles, les abords de votre maison et les plates-bandes champêtres

Multiplication et conditions requises

La valériane a la faculté de se ressemer généreusement d’elle-même. Laissez un ou deux plants monter en graines pour avoir rapidement de jeunes plants à foison que vous repiquerez. Elle peut aussi être multipliée au printemps, par prélèvement de jeunes pousses avec racine détachées sur le pourtour des touffes. Pratiquez une ou deux incisions verticalement dans les racines, cela permet l’étalement du bloc de racine tout en l’aérant.

Dans les jardins ou en fleur coupée, la valériane possède une longue durée de vie. Elle ne craint que l’humidité stagnante, surtout en hiver. Pour vérifier si les valérianes ont survécu au gel, ratissez et retirez les déchets secs. Si vous apercevez des amorces de pousses ou si, en grattant la tige avec l’ongle, la couche sous l’écorce est verte, la plante est vivante. Vous pouvez la semer en juillet pour bénéficier de plants à repiquer en automne sur une surface calcaire et bien ensoleillée.

mardi 10 mai 2011, par Romain Morillon