Le placebo, remède miracle ?

Jean Jacques Aulas a créé le premier placebo officiel. Ce remède, peut se présenter sous forme de médicament ou d’intervention chirurgicale, à la seule différence qu’il est constitué par des substances inertes, à activité nulle ou faible. Sont-ils efficaces pour soigner les maladies ?

L’effet placebo

Le placebo a été conçu pour aider les patients à se remettre d’une maladie. En effet, le subconscient agit sur le moi conscient pour l’aider à se rétablir. Ainsi, si un patient pense qu’il va guérir, il sera guéri. S’il est sceptique sur sa guérison, son état va s’empirer. Certaines personnes pensent être malades alors qu’elles ne le sont pas : il s’agit notamment des hypocondriaques. Elles pensent qu’elles seront guéries uniquement après administration de médicaments. C’est là qu’interviennent les placebos afin de leur faire croire qu’elles prennent un vrai médicament. Il en résulte que leur santé s’améliore progressivement.

Étant donné que le placebo est confectionné à base de substances inactives, il n’agit pas sur l’agent pathogène, mais sur la psychologie du malade qui pense guérir à tout prix. C’est ainsi que des individus atteints de différentes maladies telles que l’arthrite, la maladie de Parkinson ont pu être sauvés. Il a été même démontré que la croyance d’être guéri par un traitement, même s’il s’agit d’un placebo, s’avère plus efficace par rapport à d’autres thérapies.

Les dangers du placebo

Cependant, on a constaté que la prise de placebo pouvait devenir nocive. Bien que ces substances soient inertes, nul ne peut s’assurer de leurs actions sur l’organisme. Il a été à maintes reprises observé qu’une substance apparemment inoffensive pouvait provoquer des résultats inéluctables. On parle alors d’effets nocebo. Des études ont révélé que ce « remède » avait encore un effet même si le sujet est conscient qu’il prend du placebo.

De plus, le patient peut être au courant des effets indésirables causés par le médicament. En administrant le placebo, il pourrait créer les manifestations d’effets secondaires des médicaments, comme l’insomnie ou au contraire la somnolence, le vomissement et les migraines. En outre, en voulant contrôler la psychologie du patient, les pathologies qui peuvent résulter de la maladie primaire peuvent apparaître.

mardi 7 juin 2011, par Romain Morillon