Phytothérapie : l’usage des plantes pour rétablir son équilibre hormonal

L’équilibre hormonal fait défaut au fur et à mesure de l’avancée en âge. Heureusement qu’il existe certaines plantes qui permettent de rétablir cette stabilité sans toutefois brusquer l’organisme. Découvrez ces plantes au pouvoir incroyable.

Le yam, le trèfle rouge et bien d’autres encore

Les chercheurs dans le secteur de la phytothérapie ont dénombré plus d’une centaine de plantes qui ont un effet positif sur les hormones. Citons en exemple le yam, une plante originaire du Mexique ressemblant à l’igname. Grâce à la progestérone naturelle qu’il contient, ce végétal permet d’annihiler tout sentiment d’irritabilité et d’éviter les changements d’humeur. L’onagre, la bourrache, la consoude, l’alchémille et le gattilier sont également efficaces pour préserver l’équilibre hormonal.

Le trèfle rouge est recommandé aux femmes qui sont sujettes aux bouffées de chaleur liées à la période de préménopause ou de ménopause. Cette plante contribue à la lutte contre de nombreux autres syndromes inhérents à cette étape de la vie. Comme il contient une quantité importante d’œstrogènes, il permet de sauvegarder l’élasticité de la peau. Le dosage est généralement de 1mg par kilo, mais il est préférable de consulter un phytothérapeute pour connaître la posologie adéquate.

Le fucus

Le fucus, une variété d’algues marines brunes, permet aussi de combattre les baisses d’énergie. Il est spécialement recommandé aux seniors qui se sentent déprimés ou perdent l’appétit. Grâce à sa forte teneur en iode, elle stimule le fonctionnement de la thyroïde qui peut être en sous-régime, entraînant ainsi un déséquilibre hormonal. Le fucus est disponible sous forme de dragées, de gélules ou de poudre. Les hommes peuvent également recourir à certaines plantes, comme le gingembre, la sarriette, la cabreuva, le prunier d’Afrique ou le palmier de Floride.

Il existe aussi des plantes qui sont qualifiées « d’adaptogènes », car elles vous permettent de vous adapter aux différents changements de l’organisme au fil des années et d’avoir une meilleure capacité de résistance au stress. Les plus remarquables d’entre elles sont le schisandra, le ginseng, la mélisse, l’éleuthérocoque et le shiitake. La prudence est de mise pour l’usage de ces plantes. Il est vivement recommandé de se référer à la prescription de votre phytothérapeute. La réalisation au préalable d’un bilan médical s’avère incontournable pour déceler toute éventuelle contre-indication.

samedi 8 décembre 2012, par Romain Morillon