Comprendre la pharmacovigilance

Suite à l’affaire du Médiator et à la publication de la liste des médicaments potentiellement dangereux, la méfiance s’installe auprès du public français. La pharmacovigilance est un dispositif utile, à condition de comprendre ce dont il s’agit.

Le principe de la pharmacovigilance

L’introduction de nouveaux médicaments sur le marché sanitaire n’est possible qu’après de longues études et de nombreux contrôles. Pour autant, ces vérifications ne doivent pas s’arrêter après la commercialisation du produit en question. En effet, les médicaments mis en vente, utilisés à une plus grande échelle que pendant les phases d’expérimentation, aident à rassembler des informations plus complètes, notamment sur les effets secondaires possibles. Ce sont ces contrôles ponctuels qui constituent le mécanisme de la pharmacovigilance, pour mieux maîtriser la consommation médicamenteuse.

La surveillance des médicaments

Actuellement, 76 médicaments distincts font l’objet d’analyses sur le territoire français, dans le cadre du programme de suivi national de pharmacovigilance. Cependant, le mécanisme de mise en place et de vérification des produits pharmaceutiques devrait être prochainement connaître une réforme. Les organismes de contrôle ont, la plupart du temps, quelques soupçons ou informations sur les effets indésirables des médicaments qui figurent sur cette liste. Pourtant, cela ne signifie pas que tous ces médicaments vont être retirés du marché. Parfois, il arrive que les dosages ou les principes actifs soient modifiés pour que le médicament soit mieux toléré par le corps. Dans tous les cas, le rôle des autorités sanitaires est de mesurer le rapport entre l’efficacité du traitement et l’éventuelle nocivité des effets secondaires pour les médicaments qui figurent sur cette liste.

Pharmacovigilance : les comportements à adopter

Même si la plupart des médicaments à surveiller sont catégorisés comme « potentiellement dangereux », inutile de céder à la panique. Les médicaments qui figurent sur cette liste ne sont pas tous néfastes et les avantages de suivre un traitement sont évalués par le médecin avant toute prescription. Il ne faut jamais prendre seul la décision d’arrêter un traitement en cours. Les conséquences pourraient être catastrophiques pour la santé. Lorsqu’on a un doute sur un traitement en cours, il vaut mieux consulter un pharmacien ou un médecin qui pourra mieux vous éclairer sur le sujet et éventuellement, vous prescrire un traitement équivalent.

dimanche 30 janvier 2011, par Romain Morillon