Les retraités français disposent d’un patrimoine plus élevé par rapport aux actifs

Selon certaines idées reçues, la majorité des personnes retraitées sont en situation précaire. Une étude effectuée par le COR (Conseil d’orientation des retraites) a toutefois démontré que la valeur du patrimoine des retraités français est nettement plus élevée par rapport à celui de leurs cadets qui sont encore actifs.

Un contexte assez logique

Le 3 juillet 2015, le COR a publié un document de travail qui révèle ce contexte, chiffres à l’appui. Les retraités disposent d’un patrimoine brut moyen évalué à 174.000 euros en 2010, soit 16 % de plus en comparaison à celui des personnes en activité. Pour plus de précision, le patrimoine financier des retraités est de 70 % supérieur à celui de leurs cadets qui travaillent encore et ils ont un patrimoine immobilier ayant 20 % plus de valeur que les Français actifs.

Les analystes trouvent que ce contexte est assez logique. En effet, une personne retraitée cumule un plus grand nombre d’années de travail. Elle a eu le temps de mettre de l’argent de côté et d’investir par rapport à un individu qui évolue encore dans l’univers du travail. Même s’ils ont contracté des crédits durant leur vie active, la plupart des seniors à la retraite n’ont plus à faire face à des mensualités, car ils ont déjà remboursé les différents prêts auxquels ils ont souscrit.

Des patrimoines constitués durant une période faste

D’ailleurs, même si les taux d’intérêt liés aux emprunts sont à un niveau assez bas au cours de ces derniers mois, les retraités ont contracté leurs crédits à des taux plus favorables que ceux qui sont proposés actuellement. De ce fait, leurs cadets éprouvent plus de difficultés pour se constituer un patrimoine s’ils souhaitent souscrire à un prêt bancaire pour l’achat d’une maison ou d’un appartement ou encore d’une voiture.

La conjoncture est bien loin de la période historique surnommée « Les Trente Glorieuses » (située entre 1946 et 1975) durant laquelle l’économie de la plupart des pays occidentaux, dont la France, a connu un développement exponentiel. En ces débuts de l’ère de la société de consommation, les aînés ont pu se bâtir rapidement un patrimoine. Par ailleurs, la valeur de leur patrimoine ne cesse d’augmenter parallèlement à la hausse des prix des biens immobiliers, ce qui est le cas depuis quelques années.

lundi 24 août 2015, par Romain Morillon