Le Pakua Chang : un art martial qui préserve la santé

Le Pakua Chang est une discipline martiale à même de conserver la santé et le dynamisme mais n’est pas adapté aux seniors débutants. Art martial énergétique, le Pakua Chang prône autant le bien-être que la maîtrise de la science du combat.

Le Pakua Chang : la pratique de la discipline

Le Pakua Chang est un art martial inventé en Chine par Dong Hai Chuan au début du XIXe siècle. Traduisible par « paume des huit trigrammes », le Pakua Chang est un Kung-Fu à la limite de l’interne et de l’externe. Le Pakua Chang se différencie du Tai-chi chuan par les déplacements circulaires imitant la rotation d’un satellite autour de sa planète. En orient, le Pakua Chang est également proposé à titre de discipline de bien-être.

Le Pakua Chang est une une discipline en pleine évolution en Europe. D’ailleurs, la Fédération Française de Wushu en fait la promotion en parallèle avec le Tai-chi chuan et le Qi Gong. Lien vers la FFWaemc : http://www.ffwushu.fr/ pour trouver un club près de chez vous.

Durant une séance de Pakua Chang, les personnes apprennent des marches spécifiques, les déplacements circulaires, l’adoption de postures correctes mais aussi les techniques de frappe avec les mains et les pieds, les saisies (Qin Na) et les projections.

Le Pakua Chang : bienfaits et précautions

Le Bagua Zhang n’est pas adapté aux seniors débutants. Il sera préférable pour eux de pratiquer le Tai Ji Quan ou le Qi Gong.

Le Pakua Chang est autant une discipline de bien-être qu’un art martial visant la maîtrise de l’art du combat. Le Pakua Chang renforce et assouplit les articulations et améliore leur mobilité par le travail des déplacements circulaires dans les enchaînements. Il corrige également les anomalies posturales et procure un très grand sens de l’équilibre. Le Pakua Chang est une excellente activité cardio-vasculaire. Il régule la circulation sanguine et améliore le fonctionnement de l’appareil respiratoire.

L’entraînement au Pakua Chang permet aux adeptes de cette discipline, au profit de leur bien-être, de retrouver la force intérieure émanant de l’énergie vitale. Il élimine les pensées négatives et procure dynamisme et vitalité. Certaines précautions sont cependant à observer bien que le Pakua Chang soit un art martial interne. Le Pakua Chang vise en premier lieu la conservation de la santé. Aussi, il peut être déconseillé aux seniors souffrant de maladies respiratoires ou cardiaques. La consultation au préalable d’un médecin est nécessaire avant l’investissement dans cette discipline passionnante.

Compléments d’informations : Pakua Chang est transcrit en PinYin (système international de prononciation du mandarin) par Bagua Zhang. Tai Chi Chuan par Tai Ji Quan et Chi King par Qi Gong.

Le Bagua Zhang est un Kung-Fu (Wushu). Ce n’est ni un sport (le sport concerne essentiellement le développement et l’entretien du corps physique alors que les arts martiaux travaillent le physique, l’énergie et l’esprit), ni une discipline de bien-être (qui vise juste un équilibre personnel alors que le Bagua est avant tout un art martial, un système de combat). Les bienfaits qu’il apporte sont des conséquences de l’entraînement, ils ne sont pas le but.

Si un senior a pratiqué des arts martiaux durant sa vie, il peut évidemment faire du Bagua Zhang sans limite d’âge. Les vieux maîtres de Bagua Zhang en donnent la preuve.

Remerciement à Fabienne Le Vacon de l’école Arkhelios (http://www.arkhelios.org) pour ces informations complémentaires.

vendredi 6 novembre 2009, par Carole Mercier