Comment pailler le sol de votre jardin ?

L’entretien du jardin passe par plusieurs opérations parmi lesquelles on peut citer le paillage. Cette opération consiste à recouvrir le sol à l’aide d’éléments d’origine minérale ou végétale dont l’ensemble est appelé paillis. L’objectif est de limiter la prolifération des mauvaises herbes mais aussi de réduire le phénomène d’évaporation. Voici quelques conseils pour bien pailler votre jardin.

L’intérêt du paillage

Le paillage est un procédé apportant une foule de bienfaits au sol. D’abord, il permet d’empêcher que la terre ne s’érode à cause de l’eau de pluie et qu’elle ne s’assèche sous l’effet du vent et du soleil. Pailler le sol permet également d’éviter que le taux d’humidité et le taux de température ne varient trop. Par ailleurs, le paillis enrichit la terre en lui apportant différents éléments nutritifs.

Procéder au paillage est également efficace pour freiner la multiplication des mauvaises herbes. En paillant à temps votre jardin, vous éviterez que les annuelles ne fassent leur apparition et les herbes vivaces ne pourront plus croître normalement. Au sein du potager, la mise en place d’un paillis est indispensable pour obtenir des récoltes saines et propres, surtout pour les légumes et les fruits rampants.

Le bon moment pour pailler

Le paillage sera réalisé de préférence à la fin du mois d’avril. Pour une efficacité optimale, il est plus sage d’attendre que la température du sol soit élevée. Il faut alors effectuer un désherbage avant de recouvrir le sol encore humide. Dans le cas où votre jardin a tendance être infesté de mauvaises herbes, vous pouvez pailler dès le mois de février. Si vous plantez tardivement, en plein été, un paillage sera toujours le bienvenu.

Comment réaliser un paillage ?

Autrefois, le paillage était réalisé à l’aide de paille. Aujourd’hui, vous pouvez faire appel à différents produits pour nourrir votre sol. Vous pouvez notamment utiliser des déchets de votre jardin comme ceux provenant de la tonte de votre pelouse, du compost peu décomposé et tout autre résidu de culture. On peut aussi faire appel à des feuilles mortes et à des écorces de bois.

Pour un paillis, on peut avoir recours au sable, au gravier mais aussi aux galets. Notons que les jardineries proposent des paillages prêts à l’emploi composé de paille de lin, de cabosse de cacao ou de matières artificielles comme le plastique horticole ou les fibres végétales tissées. Dans tous les cas, il est important de souligner que le paillis végétal reste le plus intéressant d’entre tous.

dimanche 14 août 2011, par Hélène André