Carte bancaire : le client a la possibilité de refuser le paiement sans contact

Les clients qui renouvellent leur carte bancaire se voient généralement délivrer un dispositif doté du signal WiFi indiquant qu’ils peuvent payer leurs achats « sans contact ». Toutefois, ceux qui souhaitent éviter les risques d’un tel système de paiement sont en mesure de le refuser. Explications.

Pour payer de petits montants

De nombreux établissements bancaires ont équipé d’office de cette nouvelle fonction les cartes attribuées aux clients. Un tel sésame sert surtout à régler de petits montants ne dépassant pas 20 euros lors des achats en magasin. D’un côté, il simplifie la vie puisque son propriétaire n’a pas besoin d’insérer son code confidentiel. Il lui suffit de passer la carte près d’un lecteur et grâce au WiFi, le paiement est enregistré sans contact. Plus de la moitié des cartes en circulation en France (environ 33 millions) disposent de ce système.

Cette carte permet de gagner du temps lors du passage à la caisse et d’éviter l’usage d’espèces pour les petits achats, mais elle expose aussi le client à certains risques. Citons entre autres l’éventuelle vulnérabilité de ce type de carte aux actes des pirates de données bancaires du titulaire du compte qui pourraient recueillir les informations émises par la puce. En outre, une personne malveillante pourrait utiliser une carte perdue ou volée en multipliant des achats de 20 euros sans avoir besoin d’insérer un code confidentiel jusqu’à ce que son propriétaire dépose une opposition.

Les options disponibles en cas d’opposition du client

Face à ces risques, la Commission nationale de l’informatique des libertés (CNIL) a rappelé aux banques leur devoir d’informer les clients que leur carte est dotée de cette nouvelle option de paiement sans contact. Selon les recommandations de cet organisme, les usagers doivent recevoir de la part de leur établissement toutes les conditions générales liées à la fonctionnalité sans contact et sont en droit de la refuser.

Le premier recours consiste à déposer l’opposition auprès de la banque. Celle-ci doit respecter le droit du client, mais elle a le choix pour le moyen de répondre à la requête. Elle peut délivrer une nouvelle carte similaire aux anciens modèles ou une autre dont l’interface « sans contact » n’est pas active ou encore désactiver le système WiFi via son site Internet.

samedi 18 juillet 2015, par Romain Morillon