Mieux comprendre l’Oméga-3 et ses bienfaits

Les personnes âgées ont plus que tout le monde besoin de consommer des aliments riches en oméga 3. Voyons pourquoi.

Les bonnes et les mauvaises graisses

Beaucoup de gens pensent que les huiles animales sont mauvaises pour la santé, à la différence des huiles végétales. Les graisses d’origine animale sont considérées comme des graisses saturées qui augmentent le taux de cholestérol. En plus, elles font monter le taux de sucre dans le sang également, ce qui conduit à un trouble métabolique. Enfin, en s’accumulant sur les membranes des cellules, ces graisses perturbent le fonctionnement de l’organisme. Celles dites mauvaises se trouvent dans les viandes, mais pas dans les poissons.

D’un autre côté, les graisses insaturées sont bien réputées. On les trouve essentiellement dans les huiles végétales. Il faut noter cependant que la plupart des huiles consommées par les ménages en France n’ont qu’une faible teneur en oméga 3. En effet, les huiles de tournesol ou les huiles de maïs sont plus riches en acides gras polyinsaturés appelés oméga 6 et oméga 9. Si tous les acides gras polyinsaturés sont aussi indispensables à la santé, il est quand même important de maintenir l’équilibre. En résumé, il faut consommer autant d’oméga 3 que des 6 et 9.

Les dangers des carences en oméga 3

Les oméga 3 sont des éléments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme, mais qu’il ne sait pas fabriquer. Donc le seul moyen de s’en procurer est d’en consommer. Or, les aliments riches en oméga 3 ne sont pas très nombreux. Il s’agit surtout de soja, de noix, de colza et des poissons gras. Pour maintenir un bon niveau de santé, il faut un apport de 2 à 2,5 g d’oméga 3 par jour. Malheureusement, en voulant faire la chasse aux aliments gras, la majorité de Français en consomme beaucoup moins que les proportions recommandées.

Plusieurs études ont mis en évidence un lien étroit entre les oméga 3 et le fonctionnement de notre système cardio-vasculaire. Les chercheurs ont remarqué que les gros mangeurs de poissons comme les Esquimaux et les Japonais souffrent rarement d’infarctus du myocarde. C’est parce que les oméga 3 fluidifient le sang et empêchent la formation des caillots, premiers responsables des accidents cardio-vasculaires. Donc, un faible apport en oméga 3 nous expose à des problèmes cardiovasculaires graves.

Les effets bénéfiques des oméga 3 sur la santé

Les oméga 3 sont bons pour le cœur, les articulations, le cerveau. Ils renforcent notre défense naturelle, améliorent notre vue et préservent nos os. En jouant leur rôle anti-inflammatoire, les graisses insaturées sont efficaces contre les douleurs articulaires telles que les polyarthrites rhumatoïdes, les arthroses, et les spondylarthrites ankylosantes. En améliorant la circulation du sang dans le cerveau, elles nous préservent de la dépression et des troubles bipolaires.

Les avantages de la consommation des aliments riches en oméga 3 s’étendent jusque dans la prévention de l’ostéoporose pour les femmes ménopausées. Donc, il faut privilégier la consommation des poissons gras comme les thons et les saumons. Sinon, des compléments alimentaires à base d’huile de foie de morue sont disponibles dans les pharmacies et même les grandes surfaces.

mardi 14 juin 2011, par Carole Mercier