La musculation chez les seniors : solution antivieillissement

Tout le monde sait que le sport est bon pour la santé chez les jeunes, mais aussi chez les personnes âgées. Les activités physiques permettent aux seniors de conserver leur autonomie, de prévenir les chutes et de conserver un bon rythme cardiaque. Mais vers la quarantaine, les muscles s’affaiblissent, les artères durcissent et la souplesse est réduite. La musculation peut être une solution !

La musculation chez les séniors bénéfique pour le corps et le moral

Après 50 ans, la dépendance musculaire journalière baisse de 40 à 50 %, les rides apparaissent, l’essoufflement s’accentue. Rester inactif devient alors dangereux. Il faut lancer un défi aux douleurs lombaires, à l’hypertension, à l’asthénie, à l’obésité. Il faut éviter de craindre la fatigue, d’avoir peur pour son cœur, ses articulations ou ses poumons. À l’âge de la retraite, il faut donc entretenir ses muscles. Un entraînement régulier avec des poids freine le déclin intellectuel des personnes âgées tout en leur permettant de garder une bonne force physique et une certaine mobilité. Des pratiques régulières de musculation sous les directives de personnes compétentes sont nécessaires.

Le maintien d’une bonne tonicité musculaire est important pour la mobilité des seniors et leur autonomie. Les exercices de musculation sont effectués dans des positions stables selon des mouvements adaptés et un rythme personnalisé. Les exercices s’effectuent de façon à solliciter les différents muscles sans déclenchement de stress cardiovasculaire. C’est pourquoi la musculation peut être pratiquée à tout âge. Associée à une alimentation équilibrée, la musculation est efficace pour lutter contre l’ostéoporose. Elle contribue au renforcement des os. Un programme de musculation permet aussi de réduire les risques de chutes chez les seniors.

La musculation chez les séniors améliore les fonctions cognitives

Selon une étude à l’Université de Colombie-Britannique, les exercices utilisant des poids et des haltères pourraient aider à minimiser le déclin cognitif en améliorant la mobilité des pratiquants. Cette étude, publiée dans Archives Of Internal Medecine, porte sur un entraînement de musculation d’intensité progressive chez les femmes âgées. Le Dr Liu-Ambrose a découvert que 12 mois d’entraînement, une ou trois fois par semaine, amélioraient les fonctions cognitives chez les femmes de 65 à 75 ans. Ces fonctions sont nécessaires pour vivre en toute indépendance. Ces études ont permis de démontrer que les exercices conduisaient à augmenter la rapidité de la marche, ce qui constitue un indicateur de la réduction de la mortalité.

D’autres études ont montré que des activités comme l’aérobic la natation ou le fitness augmentaient les fonctions cognitives et cérébrales. Elles améliorent également le souffle et la souplesse. Les assouplissements et le stretching assurent la protection et le rendement musculaire. Le cœur et les poumons retrouvent leur efficacité avec une pression artérielle stabilisée, les articulations sont plus robustes, les os consolidés, la mobilité et l’équilibre corporels sont améliorés ainsi que la qualité de vie. Il faut toutefois veiller à ne pas trop forcer et à s’arrêter aux moindres sensations douloureuses. Une pratique régulière sur les conseils de personnes compétentes permet d’obtenir des résultats satisfaisants.

mercredi 19 mai 2010, par Carole Mercier