Les retraités manifestent pour leur pension

Plusieurs syndicats ont appelé les retraités à manifester. La raison de cette mobilisation est l’inadéquation de leur pension avec le coût actuel de la vie. Plus d’une centaine de villes ont répondu à l’annonce.

Une revalorisation des pensions est primordiale

Les seniors ont manifesté leur colère contre leur condition financière. En effet, plus de 1,5 million de personnes perçoivent une retraite d’un montant au-dessous de 1070 euros, le montant moyen d’un mois de pension. Conjuguée à la hausse constante des produits de consommation, les rentes accordées aux seniors s’avèrent aujourd’hui insuffisantes. C’est plus d’une centaine de villes qui ont répondu aux appels lancés par l’UCR-CFDT, l’Unsa-Retraités, l’UNAR-CFTC, le FGR-FP et l’UCR-CGT.

Parmi les charges qui grèvent la situation des retraités, on peut citer les charges immobilières, le chauffage, les dépenses de santé ainsi que les frais d’assistance pour les plus vulnérables. Les seniors ne peuvent ainsi pas profiter de leur retraite pour s’adonner à des activités de loisir, et nombreux sont ceux qui tombent dans la déprime. De plus, les soucis occasionnés par les fins de mois difficiles ne favorisent pas le maintien d’une bonne santé, notamment le cœur.

Le financement de la perte d’autonomie également sur la sellette

La manifestation du 6 octobre 2011 a également été l’occasion pour les retraités de toute la France de dénoncer la politique du Gouvernement à leur encontre. En effet, il a été décidé de reporter la réforme de la loi portant sur le financement de l’aide à l’autonomie. Prévu en septembre, le vote de cette loi a été repoussé pour l’année prochaine, au grand dam des seniors qui souhaitent garder une vie hors des structures d’accueil au profit de leur espace de vie habituel.

En résumé, les retraités ont manifesté pour réclamer une condition de vie digne. Il faut savoir que le nombre de seniors qui vivent au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 965 euros par mois, est en hausse. Parmi les catégories professionnelles les plus vulnérables, ce sont les agriculteurs qui sont les plus mal lotis. Malgré les réformes effectuées, un retraité touche en moyenne 803 euros par mois. Cette catégorie est ainsi tributaire à l’aide à l’autonomie.

vendredi 7 octobre 2011, par Romain Morillon