La maladie d’Alzheimer : comment la prévenir ?

Arrivées à l’âge de la retraite, de nombreuses personnes âgées commencent à perdre goût à la vie. Ce pessimisme généralisé est surtout la première cause de l’affaiblissement de leur organisme et de leur vulnérabilité à toutes sortes de maladies à l’instar de l’Alzheimer.

L’Alzheimer : une maladie liée à la vieillesse

La maladie d’Alzheimer est une altération du tissu cérébral décrite par le médecin allemand Aloïs Alzheimer au début du XXe siècle. Elle se caractérise par une dégradation significative des capacités cognitives et mnésiques du cerveau. La maladie d’Alzheimer touche généralement les hommes et les femmes à partir de leur soixantième année. L’augmentation de l’espérance de vie favorise l’aggravation de la maladie chez les personnes âgées. Abstraction faite de sa forme héréditaire, la première cause de la maladie d’Alzheimer est la vieillesse. En accompagnement avec cette cause principale, la pollution, la mauvaise alimentation, le stress, le manque de sang froid ayant marqué la jeunesse sont des facteurs qui s’accumulent progressivement jusqu’à provoquer la maladie d’Alzheimer à partir de 60 ans. L’Alzheimer est une maladie très fréquente dans les pays riches

La maladie d’Alzheimer : les précautions à prendre

Que tout le monde prenne conscience des dangers de cette maladie. L’Alzheimer ne se guérit pas tout du moins pour le moment. La meilleure chose à faire, c’est de la prévenir. Mettez vous dans la tête que l’état physique et mental d’une personne dans l’avenir est fonction du mode de vie qu’elle a choisi durant son enfance et sa jeunesse. Autrement dit, son histoire personnelle. Pour éviter l’Alzheimer, il est essentiel d’éviter le tabac durant la jeunesse et veillez inlassablement à ce que l’alimentation soit saine et équilibrée. Il faut savoir que l’alcool en quantité modérée entretien la mémoire et combat par là même la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, il est nécessaire de faire travailler le cerveau et la mémoire. La nonchalance et la paresse d’esprit sont des vices à combattre avec acharnement. En effet, l’Alzheimer touche en grande partie les personnes avec un niveau d’étude bas car les cellules du cerveau ne se développent pas comme il se doit. La lecture, les échecs sont par exemple des loisirs enrichissants qui permettent d’entretenir le cerveau même pour les seniors. Bref, le cerveau est à entretenir au même titre que le corps. Le négliger est une erreur qu’on risque de payer durant toute notre retraite.

lundi 27 avril 2009, par Carole Mercier