Comment gérer le mal de l’air ?

Tout le monde peut être victime du mal de l’air, y compris les pilotes et le personnel navigant. Il peut disparaitre au fil des nombreux voyages ou pas du tout. L’essentiel est de savoir le gérer, ou de le prévenir.

Comprendre le mal de l’air

Selon les médecins, la cause du mal de l’air est un conflit entre ce qui est réellement perçu par les yeux et les oreilles et ce que ces deux organes anticipent.

Les symptômes peuvent varier d’un individu à un autre : maux de tête, sueurs froides, tremblements, une légère panique, des rôts incontrôlés, une déglutition fréquente pour finir avec les nausées et les vomissements.

Il peut également avoir des origines psychologiques en plus des facteurs physiologiques : la claustrophobie ou la peur du vide, mais aussi le stress et l’anxiété.

Contrôler le mal de l’air

Le mal de l’air est handicapant. Non seulement il met ceux qui y sont sujets mal à l’aise, mais il peut aussi gêner les voisins. Quelques précautions permettent de limiter les dégâts.

Si vous pouvez dormir tout le long du vol, tout se passera bien. Mais comme c’est un peu plus compliqué que cela, il va falloir prendre sur vous. Pendant le vol, installez-vous confortablement pour éviter au contenu de votre estomac de bouger et de remonte. Il faut aussi rester tranquille et ne pas trop secouer la tête et le cou.

Dans la même foulée, évitez de manger lourd pendant le voyage, notamment sur les longs courriers. Les boissons gazeuses et l’alcool sont à éviter : déclinez le champagne offert en classe affaire, c’est pour votre bien.

Prévenir le mal de l’air

En premier lieu, évitez de vous focaliser sur le fait que vous allez être victime du mal de l’air, cela va déjà agir sur votre psychisme. Ensuite, optez pour des vêtements dans lesquels vous serez à l’aise pour votre voyage. Enfin, si vous le pouvez, choisissez une place côté hublot, près des ailes.

Et si vous n’avez toujours pas réussi à vous débarrasser du mal de l’air au bout de plusieurs voyages, optez pour l’huile essentielle de menthe poivrée : 2 gouttes sur un morceau de sucre en cas d’urgence.

vendredi 28 juin 2013, par Romain Morillon