Maintien à domicile d’un senior : les solutions disponibles pour les proches

Certaines familles aspirent maintenir à domicile leurs parents âgés et soutenir elles-mêmes leurs aînés dépendants. Cette décision peut bouleverser la vie des aidants. Ils disposent cependant de plusieurs solutions pour les soulager. Détails.

Les congés de soutien ou de solidarité familiale

Un salarié qui doit s’occuper d’un parent dépendant peut prétendre à un congé de soutien familial de 3 mois. L’employeur ne peut s’y opposer dans la mesure où le travailleur dispose de plus de deux années d’ancienneté dans l’entreprise. Durant cette période, le salarié n’est pas rémunéré. Sa prise en charge dans le cadre de l’assurance maladie reste toutefois valable. Ses droits à la retraite demeurent inchangés. Un renouvellement de ce congé est possible, la limite étant d’une année pendant toute la carrière professionnelle.

Dans le cas où la personne âgée maintenue à domicile est en stade de fin de vie, le proche qui s’en occupe peut demander un congé exceptionnel, dit de solidarité familiale, pour une durée de 3 mois. Il lui suffit de soumettre une requête par lettre recommandée avec accusé de réception à son employeur, au moins 15 jours avant le début du congé. Si une urgence absolue est constatée, le salarié peut arrêter de travailler dès que la lettre est envoyée. L’assurance maladie lui verse alors une allocation journalière en compensation de la perte de revenus.

Appui financier, formation et soutien psychologique

Si vous avez décidé de maintenir à domicile des parents qui requièrent une aide au quotidien et que vous êtes dans l’obligation d’assumer vous-même cette tâche, vous pouvez envisager de devenir leur salarié s’ils sont éligibles à l’APA. Dans ce cas, vous vous servez de cet appui financier destiné à rémunérer une personne de la famille pour vous payer. Les démarches seraient nettement simplifiées si le paiement est effectué au moyen d’un chèque emploi service universel.

Dans le cas où vous estimez que vous n’êtes pas encore assez compétent pour intervenir efficacement auprès de votre parent dépendant, vous pouvez vous former. Renseignez-vous chez le CCAS (centre communal d’action sociale) ou le CLIC (centre d’information et de coordination) de votre localité pour connaître les différents types de formation proposés. Pour vous soutenir sur le plan psychologique, vous pouvez assister à un atelier animé par un clinicien psychologue qui est organisé mensuellement dans un « café des aidants ».

mercredi 5 décembre 2012, par Romain Morillon