Des logements adaptés aux personnes âgées, une priorité pour l’Anah

Partant du constat que les chutes à domicile sont à l’origine du décès de milliers de personnes âgées chaque année, l’Agence nationale de l’habitat a décidé de s’engager dans un gigantesque chantier pour aménager des logements qui leur soient adaptés.

Évaluer les besoins des bénéficiaires potentiels

Les conditions physiques des seniors changent au fur et à mesure que le temps passe. Leur logement devient alors inadapté et les accidents, notamment les chutes qui sont parfois mortelles, sont de plus en plus fréquents. On a constaté plus de 9.000 décès occasionnés par des chutes chaque année, dont les deux tiers ont eu lieu à domicile. L’adaptation de l’habitat aux personnes âgées constitue ainsi une priorité pour l’Anah.

La France compte actuellement 9,3 millions de ménages de plus de 60 ans. Deux millions d’entre eux nécessiteraient un réaménagement de leur logement pour que celui-ci soit adapté à leurs conditions. Une enveloppe de 24 milliards d’euros sera consacrée, dans les prochaines années, pour la concrétisation de ce grand projet. Dans un premier temps, l’Anah procèdera à une évaluation des besoins des bénéficiaires potentiels de ces travaux d’adaptation de leur habitat.

7.000 euros d’aides par ménage en moyenne

Les besoins seront définis selon 4 catégories de degré d’autonomie des occupants qui peuvent être modérément ou relativement indépendants ou, au contraire, dépendre fortement d’autrui. À partir de là, les experts de l’Anah estimeront le montant nécessaire à la réalisation des travaux pour que le logement soit adapté au niveau d’autonomie des habitants. Le coût de ces ouvrages variera sur une fourchette allant de 3.000 à 30.000€, la moyenne étant établie à 7.000€. Sur les deux millions d’habitats nécessitant une adaptation, 830.000 pourraient être éligibles à un appui financier qui sera conditionné aux ressources des intéressés.

Les aides de l’Anah sont prévues financer 35% à 50% du coût total des travaux, pour un plafond fixé à 20.000€. Le budget prévisionnel s’élève à 4,2 milliards d’euros, portant sur l’adaptation de 400.000 logements, sur une période de dix ans. Cette décision de l’Anah vient à point nommé pour les personnes âgées qui souhaitent rester chez eux et qui n’habitent pas dans un logement adéquat. Celles qui ne disposent ainsi que de faibles sources de revenus peuvent enfin envisager d’aménager leur habitat. Les autres ménages pourraient être encouragés par les mesures d’incitation mises en place par les pouvoirs publics.

mercredi 18 mai 2011, par Romain Morillon