Immobilier : les avantages d’un investissement dans un SCPI ou « la pierre papier »

De plus en plus de particuliers se laissent séduire par un investissement dans la « pierre papier » ou plus exactement dans une société civile de placement immobilier (SCPI). Ce système présente en effet de multiples avantages.

Une rentabilité plus intéressante et un investissement modeste

La vocation même d’une SCPI consiste à investir dans des biens immobiliers résidentiels ou commerciaux pour le compte des épargnants. Le système leur propose d’acheter des parts dans l’immobilier commercial dont la rentabilité est nettement plus intéressante que celle qui est offerte par les méthodes d’épargne classiques, telles que les Livrets et l’assurance-vie. Au cours de ces deux dernières décennies, le rendement de la pierre papier n’a jamais été au-dessous de 5%.

La pierre papier séduit les épargnants, car l’acquisition de parts ne requiert qu’un investissement très modeste par rapport à l’achat en direct d’un bien immobilier. Pour souscrire, il ne leur faut apporter en moyenne 30.000 à 50.000 euros. Les valeurs des parts oscillant entre 200 et 1.500 euros, le nombre minimum de parts à acheter pour devenir actionnaire variant d’une SCPI à une autre.

D’autres avantages

Ce type d’investissement affiche un autre avantage : un risque locatif mesuré grâce à une bonne mutualisation. Une SCPI est chargée de gérer des dizaines, parfois des centaines d’immobiliers affectés à des usages différents et situés dans diverses localités. Même si certains secteurs se trouvent en difficulté, la variété d’actifs représente un dispositif de protection efficace pour le porteur de part, car son épargne n’est pas placée dans un seul bien qui pourrait être exposé aux fluctuations du marché.

Par ailleurs, les investisseurs dans la pierre papier sont épargnés des contraintes de gestion. Certes, ils doivent payer annuellement une facture sur les frais de gestion qui oscillent entre 6 et 12% du résultat global selon les contrats, mais ces coûts ont déjà été déduits au préalable du rendement de l’investissement. Ce système comporte également un avantage sur le plan fiscal. Les SCPI ne sont pas imposées sur les revenus encaissés. Les souscripteurs sont en mesure de recourir au « déficit foncier » pour réduire leurs revenus imposables. En effet, leur assiette fiscale est basée sur la quotité des bénéfices qui leur sont dus au titre de leurs revenus fonciers.

samedi 14 mars 2015, par Romain Morillon