L’infarctus du myocarde, ce qu’il faut savoir

De plus en plus de séniors sont touchés par l’infarctus du myocarde ou IDM. Il s’agit d’une nécrose d’une partie du muscle cardiaque. Cette nécrose est généralement causée par le bouchage des artères coronaires, entrainant ainsi la mort des cellules du myocarde.

Symptôme et dépistage de l’infarctus du myocarde

Le principal symptôme de l’infarctus du myocarde est la douleur thoracique. Violente la plupart du temps, elle peut aussi attaquer la mâchoire, les épaules, les membres ou encore l’estomac. Un gène dans la respiration pourra aussi être ressenti. Extérieurement, il n’y a pas de signe qui signale cette anomalie cardiaque, mais les risques grandissent avec l’âge. Les diabétiques et les personnes atteintes de maladies graves sont les plus exposés. Ainsi, ceux qui souffrent d’œdème pulmonaire ou d’insuffisance cardiaque risquent d’avoir ce type d’attaque.

La meilleure solution pour détecter la présence d’une nécrose du myocarde est la consultation d’un cardiologue. Il est le seul apte à faire les diagnostics nécessaires pour déceler un dysfonctionnement cardiaque. 2 heures suffisent pour un spécialiste pour détecter un infarctus. Il existe également des techniques très performantes qui peuvent affirmer l’existence de cette maladie en moins de 30 minutes. Il s’agit entre autres d’un test sanguin dont le but est de détecter la protéine h-FABP.

Prévention et gestes à adopter en cas d’infarctus du myocarde

Il est facile de prévenir la nécrose du myocarde, même pour les séniors. Il faut tout d’abord avoir une bonne hygiène de vie, surtout pour les personnes âgées. Si on est fumeur, il faut proscrire définitivement le tabac. Les aliments gras sont à éviter autant que possible pour éviter les mauvais cholestérols, principaux facteurs entrainant le bouchage des artères coronaires. Les heures de sommeil doivent être suffisantes afin de permettre aux cellules de se régénérer.

Pour les seniors ressentant une douleur thoracique aigüe, le premier réflexe est d’appeler le SAMU. Plus des 90 % des douleurs de ce type pour les plus de 50 ans, sont en effet des signes de malaise cardiaque. En attendant les secours, le malade doit rester allongé. Il doit rester le plus immobile possible. Il est très important de libérer la ligne téléphonique en cas d’intervention des secouristes.

mercredi 13 avril 2011, par Romain Morillon