L’incontinence chez l’homme, la femme et la personne âgée

L’incontinence touche aussi bien les hommes que les femmes, notamment lorsque l’on vieillit. Explication sur les différents types d’incontinence et les protections pour mieux vivre ce problème de santé.

Les problèmes d’incontinence chez l’homme, la femme et les personnes âgées.

L’incontinence urinaire est une émission involontaire et inconsciente d’urine. Elle survient surtout chez les femmes (75% des cas) et affecte près du tiers des personnes âgées.

L’incontinence chez la femme

Chez la femme, la continence est assurée par trois groupes de muscles : les muscles périnéaux, le sphincter lisse et le sphincter strié. La déficience de l’un des ces facteurs peut induire une incontinence. On distingue l’incontinence urinaire à l’effort, l’incontinence urinaire par impériosité et l’incontinence urinaire qui associe les deux formes précédentes.

L’incontinence urinaire à l’effort est le cas le plus répandu. Elle survient au cours d’un effort (toux, rire, éternuement, etc.) sans que la personne ressente le besoin d’uriner. Ici le périnée et le sphincter ne résistent pas à l’augmentation de la pression abdominale provoquée par l’effort.

L’incontinence urinaire d’effort est due à plusieurs facteurs. Elle peut survenir après un accouchement notamment dans le cas d’accouchement de gros bébé, de déchirure du périnée ou de femmes multipares. Elle peut faire suite à une intervention chirurgicale au niveau de l’appareil génito-urinaire tout comme elle peut apparaître durant la ménopause. D’autres facteurs sont incriminés comme l’obésité, la constipation, le tabagisme ou la toux chronique.

L’incontinence urinaire par impériosité est caractérisée par des envies fréquentes d’uriner (pollakiurie) impossibles à contrôler, entraînant une émission involontaire d’urine. Elle est due essentiellement à une inflammation chronique ou aigüe de la vessie (cystite) provoquée par une infection, un calcul, une prise de médicaments ou une radiothérapie pelvienne. Un obstacle chronique localisé dans les voies urinaires peut également entraîner une incontinence par impériosité. Une déficience du contrôle neurologique de la vessie peut provoquer une incontinence, c est le cas dans la maladie de Parkinson, par exemple.

L’incontinence chez l’homme

La prévalence de l’incontinence urinaire est relativement faible chez l’homme. Cela est du au fait que le sphincter strié de l’homme est beaucoup plus résistant que celui de la femme. La longueur de l’urètre facilite également la continence.

Chez l’homme, on distingue l’incontinence urinaire par regorgement, l’incontinence urinaire par impériosité et l’incontinence urinaire à l’effort.

L’incontinence urinaire par regorgement se traduit par une émission d’urine par goutte à goutte sans aucune envie d’uriner. Elle peut survenir aussi bien le jour que la nuit. La principale cause de cette forme d’incontinence est la présence d’un obstacle au niveau de la vessie ou de l’urètre.

L’adénome prostatique (à différencier du cancer de la prostate), caractérisée par une augmentation de volume de la glande, entraînant une compression de l’urètre constitue la principale cause d’obstruction des voies urinaires. Citons également la sténose urétrale (rétrécissement de l’urètre) qui peut faire suite à une infection ou à un traumatisme de l’urètre. Les manifestations et les causes de l’incontinence urinaire par impériosité chez l’homme sont les mêmes que chez la femme. Concernant l’incontinence urinaire à l’effort, elle est due essentiellement à une opération chirurgicale au niveau de la prostate ou du rectum.

L’incontinence chez les personnes âgées

Selon les statistiques, 30% des personnes âgées souffrent d’une incontinence urinaire. La cause principale est la dégénérescence des muscles de la vessie et des sphincters. On peut relever 4 types d’incontinence chez les personnes âgées : l’incontinence par regorgement due à une distension de la vessie, l’incontinence à l’effort liée à une diminution de résistance du sphincter, l’incontinence en rapport avec un handicap physique et l’incontinence liée à des pathologies comme la maladie d Alzheimer. Le facteur commun à tous ces types d’incontinence est la vieillesse qui entraîne un changement de forme de la vessie et une réduction de la résistance du sphincter. D’autres causes étrangères à l’appareil urinaire peuvent également favoriser l’apparition d’une incontinence : handicap moteur, troubles du métabolisme, incapacité à s’adapter à un nouvel environnement, alitement et/ou dépendance due à une maladie, etc.

Améliorer le quotidien des personnes souffrant d’incontinence

En plus des traitements médicaux ou chirurgicaux visant à éliminer les causes de l’incontinence, plusieurs moyens peuvent être utilisés pour améliorer le bien-être des malades. Ces moyens tiennent compte du type d’incontinence et de l’activité du malade. Les changes complets sont des couches pour adulte adaptées à tous les types d’incontinence. Ils sont disponibles en plusieurs tailles et possèdent des taux d absorption variés.

Les protections droites ou couches droites peuvent être utilisées simultanément avec des changes complets. Les protections avec ceinture destinées à tous les types d’incontinence sont très commodes avec une ceinture qui entoure la taille. Elles possèdent des taux d’absorption comparables aux changes complets. Les protections anatomiques sont à porter avec un slip filet. Leurs différents taux d’absorption autorisent leur port pour n’importe quel type de fuite urinaire.

Pour éviter les fuites latérales, ces protections doivent être associées à des slips de maintien. Les slips absorbants se portent comme les slips classiques. Leur capacité d’absorption élevé permet de les utiliser pour tous les types d’incontinence. Pour les personnes qui s’agitent beaucoup dans leur sommeil, les grenouillères leur sont particulièrement recommandées pour maintenir en place les protections. Pour l’incontinence lourde, il est recommandé de mettre en place des alèses d’incontinence pour ménager la literie. Pour les hommes, il y a les étuis péniens qui sont très discrets et qui permettent de vaquer à ses occupations sans se soucier de sa maladie. Il y a également les coquilles pour hommes utilisables seulement en cas d’incontinence modérée.

Photo par Mee Lin Woon

mardi 5 janvier 2010, par Mme Marie