Le Glaucome : une maladie à surveiller de près

Après la cataracte, le glaucome est la seconde cause de cécité chez les personnes âgées. Pour vous aider à comprendre et éviter l’aveuglement à la suite de cette maladie insidieuse, voici un aperçu.

Le glaucome et les facteurs de risque

Le glaucome peut se définir comme étant la maladie de l’oeil liée à la perte irréversible du champ de vision. Il résulte des dommages des fibres visuelles du nerf optique. Qualifiée d’insidieuse, cette maladie passe souvent inaperçue, car elle ne touche au début que la vision périphérique. Au bout d’environ 15 à 20 ans, le glaucome atteint un stade avancé qui se traduit par la cécité, si il n’a pas été dépisté et traité.

Généralement, le glaucome résulte de l’élévation de la pression à l’intérieur de l’œil, qui ne doit normalement pas dépasser les 21 millimètres de mercure. Cette élévation est souvent due à la présence d’une trop grande quantité d’humeur aqueuse contenue dans cette partie de l’oeil. Le glaucome est aussi lié à un certain nombre de facteurs de risque comme l’âge, les antécédents familiaux, l’origine ethnique, une forte myopie, certains troubles cardiovasculaires, le diabète, etc.

Le dépistage et le traitement du glaucome

L’absence de traitement durant la période d’incubation du glaucome entraîne la cécité. De ce fait, il est primordial de le dépister aussitôt que possible en se soumettant régulièrement à des contrôles auprès d’un ophtalmologue. Cette recommandation est surtout valable pour les personnes âgées, en particulier celles qui présentent des facteurs de risque. Simples, rapides et indolores, les tests de dépistage consistent en général à mesurer la pression intraoculaire, à examiner le champ visuel et le fond de l’oeil.

Sitôt détecté, le glaucome doit aussitôt recevoir des traitements adéquats afin d’éviter le pire, c’est-à-dire la cécité. Les traitements visent essentiellement à baisser la pression intraoculaire. On note surtout le traitement au laser, la chirurgie et les collyres. Ces derniers ont pour but d’éliminer ou du moins de réduire la production de l’humeur aqueuse qui est à l’origine de l’accentuation de la pression intraoculaire.

mardi 16 juin 2009, par Carole Mercier