Assurer la bonne gestion du patrimoine d’un parent âgé

La plupart des personnes âgées deviennent de plus en plus distraites et il leur est de plus en plus difficile d’assurer une bonne gestion de leur patrimoine. Les proches se trouvent alors dans l’obligation de s’immiscer dans leurs affaires afin de leur venir en aide.

Les opérations bancaires

Dans le secteur bancaire, un proche peut réaliser des opérations courantes s’il obtient une procuration de la part de son parent âgé. Il s’agit d’un document qui est établi selon un formulaire conçu par la banque et signé en présence des deux parties, du titulaire du compte et de la personne chargée d’administrer le compte. Par le biais de cette procuration, cette dernière peut effectuer un virement bancaire, signer un chèque, retirer de l’argent, un chéquier ou une carte bancaire pour le compte du senior.

L’autorisation peut s’étendre sur la gestion de la globalité des comptes qui sont enregistrés auprès de la banque, comme celui des titres ou un livret. Cependant, le proche n’est pas en mesure de gérer une assurance-vie par procuration. Dans le cas où la personne âgée ne serait plus en pleine possession de ses facultés, une telle procuration n’est plus valable. Une saisine du Tribunal compétent s’avère indispensable. Il appartiendra au juge de désigner un tuteur ou un curateur.

Mettre en place un dispositif de protection

Il existe toutefois une alternative qui permet d’éviter la mise sous tutelle d’un parent âgé. Il s’agit de concevoir un dispositif de protection consistant à établir un acte spécifique dénommé « mandat de protection future ». Le concerné désigne à l’avance un ou plusieurs descendants afin de veiller sur sa personne dans le cas où il perdrait ses facultés. Ils auront pour mission de gérer son patrimoine ou de prendre des décisions sur le plan médical.

Il convient toutefois de noter que le tuteur se trouve dans l’obligation d’administrer d’une façon à la fois prudente et avisée le patrimoine de la personne âgée qui est mise sous sa protection. Il doit donc privilégier les systèmes de placement qui ne présentent qu’un minimum de risque et qui peuvent fournir des revenus réguliers au senior. En tout cas, il devra soumettre au préalable au juge les investissements qu’il compte réaliser, la priorité étant de disposer des fonds nécessaires pour assurer de bonnes conditions de vie à la personne âgée, à domicile ou en maison de retraite.

jeudi 12 avril 2012, par Romain Morillon