Gaspillage alimentaire : les mesures présentées au gouvernement

Les chiffres sur le gaspillage alimentaire en France sont assez impressionnants : entre 1 et 6 millions de tonnes de nourritures sont jetées à la poubelle chaque année par les consommateurs. C’est dans le but de faire reculer cette pratique qui a un impact direct sur l’économie que le député PS Guillaume Garot a décidé de présenter un plan anti-gaspillage. À terme, il doit permettre de diminuer ce chiffre de moitié d’ici 2025.

Mieux informer les consommateurs pour éviter les mauvais choix lors des achats

La confusion sur les différentes dates imprimées sur les emballages des produits périssables, c’est l’une des premières causes du gaspillage alimentaire. La raison à cela est que trop de gens confondent la date limite de consommation( DLC) et la date limite de durabilité ou DDM. Résultat : beaucoup de nourritures, surtout des produits laitiers, sont jetées alors qu’ils peuvent encore être consommés.

En fait, la confusion vient surtout de la mention "À consommer de préférence avant" qui précède la DDM. Cette dernière indique la date à laquelle certains nutriments de la nourriture sont détruits sans pour autant représenter un danger pour la santé. Pour remédier à cela, le gouvernement a décidé de remplacer cette expression par "Meilleur avant".

Inclure les grandes surfaces dans le processus anti-gaspillage

Il faut savoir que la faute du gaspillage ne vient pas seulement du consommateur, mais aussi des distributeurs eux-mêmes. La principale raison est qu’ils n’arrivent pas à écouler leurs marchandises dans les temps et doivent les détruire. Pour réduire les 2,3 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année par les acteurs de la grande distribution, le plan de Guillaume Garot prévoit ainsi d’interdire cette pratique. Bien sûr, cela risque d’être difficile pour les enseignes de la distribution, mais le député PS a en tête des solutions pour faire passe la pilule plus facilement. Il propose par exemple de créer des rayons spéciaux qui permettront de vendre à petit prix les produits dont la date limite de consommation est proche. Autre point important du plan anti-gaspillage : l’obligation de donner les invendus aux associations qui en veulent. De quoi réduire les déchets !

jeudi 28 mai 2015, par Romain Morillon