Tout savoir sur le fumier

Le fumier est une substance organique composée de fèces d’animaux et de pailles. On y fait appel en guise de fertilisant, pour enrichir le sol. Voici tout ce que vous devez savoir sur le fumier, élément essentiel pour l’entretien de votre jardin et de votre potager.

Composition du fumier

Le fumier est généralement constitué d’excréments solides et liquides des animaux d’élevage mais aussi d’éléments issus de la litière végétale dont principalement des feuilles, de la paille, des copeaux de bois ou de bambous. Sa composition dépend essentiellement de la qualité de l’alimentation des animaux. Il est constitué de matières complexes mais très nutritives pour les plantes, à savoir de la cire de végétaux, de la cellulose couverte de lignite ou encore des protéines de matières fécales.

Les différents types de fumier

On distingue quatre principaux types de fumier utilisés pour la fertilisation du sol, à savoir les fumiers animaux, les fumiers végétaux ou engrais verts, les débris de houblon obtenus à l’industrie de la bière et le contenu de la panse de ruminants tués. Il ne faut pas confondre le fumier avec le compost qui provient de la putréfaction de substances organiques. On notera, par ailleurs, que les fumiers végétaux ou engrais verts sont des végétaux plantés expressément et enfouis sous terre après le labourage, apportant ainsi des substances organiques à la terre.

Précaution d’emploi du fumier

Avant d’être prêt à l’emploi, le fumier doit subir une maturation durant laquelle un enchaînement de procédés de fermentation décompose les matières organiques et inorganiques complexes qu’il renferme. Celles-ci sont transformées en des matières plus simples pouvant être plus facilement assimilées par les végétaux. Ce changement ne doit cependant pas être intégral car le fumier doit procurer une fertilité stable et prolongée. Autrement dit, le fumier doit renfermer une réserve suffisante de substances nutritives qui sont apportées petit à petit aux plantes. Un fertilisant ayant subi une décomposition intégrale sera très vite utilisée par les végétaux et son action sur le maintien de la fertilité de la terre sera quasiment nulle. Une fois prêt, le fumier pourra être disposé à la surface du sol. Il faut en utiliser une quantité importante et recouvrir la terre avec une couche d’une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Pour bien nourrir le sol, il est recommandé de le mélanger avec le fumier sur quelques centimètres.

mardi 9 août 2011, par Hélène André