La fumée de cigarette, pas bon pour nos animaux

Le tabagisme passif, inhalation involontaire de fumée de cigarette par les non-fumeurs en présence de fumeurs, est un fait qui a retenu l’attention des scientifiques de nombreuses années durant. Et s’il s’est révélé nuisible pour les humains, il n’en est pas moins pour nos animaux de compagnie.

Les effets de la fumée de cigarette sur les chiens

La fumée de cigarette nuit à la santé canine. Une exposition prolongée de votre chien à la fumée de vos cigarettes augmente les risques d’inflammation de son appareil respiratoire, notamment par l’inhalation de la nicotine se déposant sur ses poils. Votre chien risque alors de développer une toux chronique pouvant dans certains cas se transformer en une bronchite chronique, voire en une pneumonie.

En outre, les composés toxiques comme la nitrosamine ou les hydrocarbures aromatiques polycycliques inhalés par les chiens ont été détectés comme pouvant être à l’origine du développement de cancer des poumons, du museau ou encore de la gorge.

Par ailleurs, une étude menée par une université vétérinaire américaine a révélé que les chiens à museau long étaient plus à même de contracter un cancer des voies nasales et que les races à face courte seraient plus sujettes au cancer des poumons.

Enfin, une étude menée par l’Institut de vétérinaire de l’Université de Glasgow en Écosse a permis de remarquer la présence d’un gène marqueur de cellules endommagées dans les testicules de mâles castrés vivant au sein d’un foyer de fumeurs. Selon les chercheurs, ce gène serait altéré dans certains cas de cancer du chien, mais que cette altération serait amoindrie lorsque son maître fumait hors de la maison.

Qu’en est-il de l’exposition des chats aux fumées de cigarette ?

Nos amis les chats ne sont pas plus en sécurité que les chiens, bien loin de là. Tout comme pour les chiens, les chats ingèrent la nicotine qui vient se déposer sur leur pelage. Cependant, toujours selon l’étude menée par l’Institut de vétérinaire de l’Université de Glasgow, à la différence des chiens, les chats en seraient plus affectés. Cela serait certainement dû au fait que les chats se lèchent le pelage pour leur toilette quotidienne, et avaleraient donc une plus grande quantité de substances toxiques que les chiens.

Cette étude a également permis de démontrer que le niveau de nicotine déposé dans les poils pouvait sensiblement diminuer grâce à la réduction de la consommation de cigarettes à moins de 10 tiges par jour.

Pour préserver la santé de votre entourage (humain et animal), la meilleure solution -mais non la plus facile- serait d’arrêter de fumer. A défaut, tentez de réduire au mieux votre consommation.

lundi 28 mars 2016, par Romain Morillon