Financer son séjour en maison de retraite grâce au viager « intermédié »

Afin de permettre aux retraités détenteurs d’un bien immobilier de financer leur séjour dans un établissement spécialisé, l’État envisage de développer le viager.

Une solution judicieuse

Le viager peut représenter une solution judicieuse pour les retraités qui ne possèdent que leur logement en termes de patrimoine. Les Français n’ont pas une image très positive pour ce système, pourtant le viager peut s’avérer utile pour faire face aux dépenses d’hébergement dans une maison de retraite. En lançant en septembre 2014 le fonds Certivia, les pouvoirs publics ont pour objectif de vulgariser le viager « intermédié » auprès des personnes âgées.

Le dispositif figure parmi les principaux axes de la convention passée entre la Caisse des Dépôts et l’État, le 4 mars 2015. L’enjeu est en effet de taille puisqu’une personne retraitée doit payer en moyenne 1.796 euros par mois pour son hébergement dans un établissement médicalisé, soit 106% des ressources d’un couple à la retraite. L’écart entre le coût d’un séjour en maison de retraite et les revenus des personnes âgées est plus prononcé dans certains départements, comme dans les Alpes-Maritimes (133%) et en Seine-Saint-Denis (154%).

Une rente à vie et un capital

9 partenaires institutionnels, à savoir Groupama, Crédit Mutuel Nord Europe, AG2R La Mondiale, CNP Assurances, Macif, Unéo, Maif, Groupama et Suravenir, collaborent avec la Caisse des Dépôts pour mettre en œuvre le fonds Certivia. Ces organismes se chargent d’acheter les maisons où vivent les personnes âgées de 70 ans au moins. À l’instar de tout viager, le crédirentier (le senior vendeur) bénéficie d’une rente à vie en plus du capital qui lui est versé au moment de la finalisation des tractations.

Le viager « intermédié » est une formule plus sécurisée puisque les vendeurs n’ont pas affaire avec un acheteur particulier, avec tous les risques qui y sont liés. Le fonds, qui s’élève actuellement à 120 millions d’euros, représente une garantie de sécurité pour les crédirentiers. Pendant la période du viager, les seniors, qui habitent donc toujours dans leur logement, doivent payer la taxe d’habitation, les dépenses courantes et veiller à l’entretien du bien en question. La taxe foncière et les gros travaux sont pris en charge par Certivia. Les premières opérations immobilières dans le cadre de ce projet seront réalisées à partir du printemps 2015.

vendredi 24 avril 2015, par Romain Morillon